Plongeon dans la créativité québécoise

Des vidéos sont projetées sur les murs pour faire vivre au visiteur différents événements.
Photo: Oasis immersion Des vidéos sont projetées sur les murs pour faire vivre au visiteur différents événements.

Alors que l’on s’apprête à y vacciner les Montréalais en masse la semaine prochaine, le Palais des congrès de Montréal inaugure un nouvel espace d’exposition et présente l’expérience immersive Inspirations, qui met en scène le travail d’artistes québécois.

Il s’agit d’une enfilade de trois salles immenses, où sont projetés les travaux d’artistes d’ici, dont la pianiste et compositrice Alexandra Stréliski et Émile Roy, ou encore des images du voyage de l’astronaute David Saint-Jacques dans l’espace.

Dans la première, les personnalités sont introduites à travers des textes écrits par leurs proches.

Ainsi, Marie Carpentier, cousine de David Saint-Jacques, raconte que ce dernier connaissait déjà le fonctionnement de son vélo à dix vitesses, alors qu’il n’était qu’au tout début de l’école primaire. Et Léa Stréliski, sœur d’Alexandra Stréliski, se souvient comment la musique semblait dévorer sa petite sœur tout entière.

Salle de la téléportation

Passé la salle d’anticipation, où ces témoignages sont exposés, on entre dans une autre salle, dite de la téléportation, où des montages vidéo projetés sur les murs nous font traverser successivement un entraînement pour aller dans l’espace, une manifestation antiraciste à Montréal, une expérience hygge dans un chalet au bord de l’eau ou un tour d’horizon de Montréal désertée par le couvre-feu. Oasis immersion, qui a conçu cet espace, l’admet d’entrée de jeu : on propose ici un parti pris optimiste.

Cela se traduit particulièrement dans le film proposé par le jeune youtubeur Émile Roy, dans la dernière salle d’exposition, dite celle du Panorama. Il s’est inspiré du célèbre phare du Four, au large des côtes françaises, qui résiste, année après année, à l’assaut des tempêtes et des marées, voire à la foudre, pour traduire la résilience humaine aux crises.

Il s’appuie notamment sur les témoignages de l’historien Laurent Turcot, qui parle des grandes épidémies, et de la psychologue Roxane de la Sablonnière. S’inscrivant dans ce parti pris d’optimisme, son film tend à avancer que c’est dans les moments les plus difficiles que l’être humain est appelé à donner le meilleur de lui-même.

On aborde aussi le thème de l’incertitude, l’élément marquant de la période que nous traversons, et qui fragilise l’équilibre mental.

Une résilience

« J’ai rencontré beaucoup de gens, dit Émile Roy en entrevue. Et les gens que je rencontre ont une force. Depuis un an, on se doit de constater qu’il y a une résilience qui est là. […] À travers ces moments très difficiles, on va trouver quelques clés, quelques adaptations qu’on va essayer de garder pour le futur. »

C’est un terminus d’autobus qui occupait autrefois l’espace conçu par Oasis au Palais des congrès. « Il y a un vent de changement qui a soufflé au Palais des congrès avant la COVID, dit Stéphanie Lepage, directrice des communications. Depuis l’automne 2018, on a décidé de repenser nos façons de faire, d’avoir des activités innovantes, d’être un centre des congrès du futur ».

Dans le futur immédiat, le Palais des congrès sera plutôt transformé en centre de vaccination, en attendant la promesse de jours meilleurs.  

Inspirations

Une production d’Oasis Immersions, au Palais des congrès de Montréal, dès le 25 février. Durée : ​environ 75 minutes.