Reconstruction du pont de Mostar

Symbole de la folie de la guerre en Bosnie-Herzégovine, le vieux pont de Mostar reconstruit sera officiellement inauguré vendredi.

Une impressionnante brochette de dignitaires est attendue à la cérémonie, dont Sulejman Tihic, président du Collège présidentiel de Bosnie-Herzégovine, Koïchiro Matsuura, directeur général de l'Unesco, et une dizaine de chefs d'État de la région et de hautes personnalités de la scène politique européenne. «Reconstruit, ce pont devient le symbole de la réconciliation et de la solidarité humaine», explique un communiqué diffusé hier par l'Unesco.

Le 9 novembre 1993, le vieux pont de Mostar s'est abîmé dans les eaux de la Neretva, sous l'impact de projectiles lourds. La ville, qui avait déjà perdu un nombre important de ses habitants, était alors frappée en plein coeur. Elle s'était à ce point identifiée à ce pont qu'elle lui devait jusqu'à son nom: most veut dire «pont» dans les langues locales. Depuis sa construction entre 1557 et 1566, par l'architecte ottoman Mimar Hajreddin, élève du célèbre Sinan, «le Vieux» — comme l'appelaient les gens de Mostar — avait résisté à toutes sortes de calamités, invasions, guerres, tremblements de terre.

Flanqué par deux tours fortifiées, la Halebija, sur la rive droite, et la Tara, sur la rive gauche, le pont avait une seule arche voûtée d'une largeur de quatre mètres et d'une longueur de 30 mètres. Il était composé de 456 blocs de pierre calcaire. Le vieux pont a été détruit et reconstruit pour sa valeur emblématique.

Les restaurateurs ont employé des matériaux locaux, selon des méthodes traditionnelles, avec des outils tels que des voussoirs, des crampons et des tenons. Après deux ans de recherches scientifiques et archéologiques, les travaux de reconstruction ont commencé le 7 juin 2001. La reconstruction a duré jusqu'en avril cette année.

L'Unesco a réalisé d'autres sauvetages patrimoniaux à Mostar: la restauration de la mosquée Tabacic; la réalisation du plan de sauvegarde du centre historique de la ville; la restauration du pont Kriva C´uprija; celle du vieux hammam de Mostar. Ces deux derniers seront également inaugurés après-demain.