Des centaines de manifestants pour les arts vivants

Depuis presque un an, les artistes et travailleurs du milieu culturel sont absents de la scène et ne peuvent pas avoir de contact avec le public en raison de la pandémie.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Depuis presque un an, les artistes et travailleurs du milieu culturel sont absents de la scène et ne peuvent pas avoir de contact avec le public en raison de la pandémie.

« La manifestation est actuellement la seule possibilité pour nous d’exister dans la sphère publique », soulignait l’auteur et metteur en scène Hugo Fréjabise, organisateur de « Ceci n’est pas un spectacle ». Dimanche après-midi, dans la froideur de février, quelques centaines de personnes se sont réunies sur la place des Festivals à Montréal pour une manifestation qui n’était « pas un spectacle », mais au cours de laquelle des prestations de comédiens, de slameurs, de musiciens et de danseurs se sont enchaînées pour rappeler au public — et pourquoi pas au gouvernement aussi — que les arts vivants sont aussi un service essentiel.

« Ça me fait un bien fou d’écouter toutes ces paroles, soufflait, bien emmitouflée, Charlotte Devyver, qui assistait à cette prise de parole avec ses amies marionnettistes. Toute la population a besoin de ça en ce moment. On a besoin de retrouver les mots, de retrouver la poésie. »

Au micro — sur lequel une coque en mousse était changée entre chaque performance —, les mots ont paradé. Ils ont fait rêver, ils ont émerveillé, ils ont bousculé en glissant un à un jusqu’aux oreilles du public, privé depuis près d’un an d’arts vivants qui se déployaient tout juste là, sous leurs yeux.

 
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Le rassemblement pour défendre les arts vivants en temps de pandémie a eu lieu sur la place des Festivals, à Montréal.

Sur les rythmes de djembés et sous l’œil distrait de quelques policiers, les mots ont aussi revendiqué. « Nous refusons de nous laisser éteindre, a fait résonner la comédienne Esther Duplessis dans un centre-ville quasi désert. Ce spectacle qui n’est pas un spectacle, on a tout mis dedans : notre désir, notre dissidence, nos aspirations à des rêves plus vastes, […] notre insondable déception devant les choix faits par ceux qui nous gouvernent en ce moment, notre colère légitime. »

Plus que la télé et YouTube

La culture, c’est bien plus que la télévision et ses têtes d’affiche qui ont, dans plusieurs cas, repris le travail, ont répété les artistes de la relève qui ont incarné pendant plus d’une heure cet appétit dévorant pour la création et la performance. « On veut rappeler qu’on existe », a ajouté en aparté Esther Duplessis.

Une existence qui va au-delà des prestations virtuelles. « C’est méprisant de nous renvoyer à YouTube et à la popularité des clics en proposant ce virage numérique où on est vus comme des youtubeurs en puissance », laisse tomber Hugo Fréjabise en entrevue. « On sait que les épidémies vont se multiplier, on ne peut pas uniquement réagir en termes assez précaires d’enfermement. On peut l’accepter un temps, mais pas à long terme. »

Un an après le début de la pandémie, la société québécoise doit sortir du binôme « essentiel-non essentiel », avance-t-il, sans toutefois remettre en question l’urgence sanitaire actuelle. « On nous fait croire qu’il y a une ontologie de l’essentiel et du non essentiel, que des choses le sont et que d’autres ne le sont pas, alors que c’est un débat partisan. Je ne dis pas que c’est faux, mais je dis que c’est une idéologie politique dont on peut et dont on doit discuter. »

D’autant que les centres commerciaux et les coiffeurs rouvrent, soulignait Pierre Alarie, un « spectateur assidu » qui s’était déplacé à la place des Festivals pour appuyer le milieu culturel. « On déconfine pour protéger la santé mentale des Québécois, mais on les envoie dans les commerces, alors que ça leur ferait sûrement plus de bien d’aller vers la culture. »

Une culture qui nourrit, qui fait réfléchir, qui rassemble et dont le caractère essentiel demeure tout aussi présent, sinon plus en ces temps extrêmes, estime-t-il. « Je sors changé à chaque pièce de théâtre que je vois. Ça m’enrichit et ça améliore ma compréhension du monde. »

Hugo Fréjabise espère récidiver en organisant prochainement d’autres manifestations qui « ne sont pas des spectacles ». Pour nourrir le public et pour nourrir les artistes. « À travers les écrans, il n’y a pas de résonance, faisait valoir Anne-Marie Cardin, marionnette et pancarte “Non à la mort des arts vivants” à la main. On ne peut pas satisfaire le public et les artistes comme ça. »

À voir en vidéo