Les flâneurs

Illustration: Le Devoir
Amélie Gaudreau

Policières tragicomiques

La nouvelle fiction à la CBC Pretty Hard Case emprunte à la « buddy comedy » policière, ce genre qui mise sur deux personnages centraux que tout oppose mais qui deviennent tout de même de grands amis. Elle se distingue toutefois du lot parce que ses héroïnes sont des flics dans la quarantaine (Adrienne C. Moore et Meredith MacNeill, enthousiastes et convaincantes) et qu’elle conjugue avec beaucoup de justesse les intrigues comiques (et parfois dramatiques) de leur travail et sur une note plus sombre les ratés de leur vie personnelle. CBC et sur CBC Gem dès le 3 février.


Odile Tremblay

Poésie des sphères

L’artiste québécoise multidisciplinaire Mykalle Bielinski lance son premier livre Mythe, précédé de Gloria aux éditions du Passage, adaptation de ses spectacles remplis de musique. Et cet ouvrage de poésie à la fois mystique et exploratoire, où s’entremêlent des
paroles de sagesse de Khalil Gibran, Albert Camus, Robert Burns, Mircea Eliade, avec fragments du Livre des morts tibétains et autres textes, est un voyage sensible dans l’espace-temps. « Laisse-moi m’effacer dans le cycle laisse-moi me fondre dans les sphères où tout ceci est inutile mais signifiant pour celui qui erre et pour le coureur. »


Dominic Tardif 

Minimax est une punk rockeuse

Elle chante au sein du groupe Les Graines, travaille chez un disquaire et devrait vraiment se mettre à la rédaction de son mémoire. Dans Minimax (Nouvelle adresse), le bédéiste François Donatien trace le portrait affectueusement satirique d’une punk qui tente de bien vieillir, sans crouler sous les contradictions, se transformer en caricature, ou, pire, devenir plate. Mais quels sacrifices cela suppose-t-il que de résister à la bêtise du monde ? En attendant de l’apprendre (à ses dépens ?), Minimax rêve, boit et crie encore dans un micro. 1, 2, 3, 4 !


Manon Dumais

Nuit blanche

Avant d’inspirer l’album composé et produit par Étienne Daho, sorti en décembre, Oh ! pardon tu dormais… a d’abord été un film de Jane Birkin réalisé en 1992, puis une pièce qu’elle a transposée et incarnée au théâtre il y a une vingtaine d’années. Pour prolonger le plaisir de l’écoute, découvrez ce dialogue nocturne où un couple se délite jusqu’au petit matin après que l’une eut demandé à l’autre s’il la trouvait belle. « Cette comédie qui vire au drame est peut-être ce que j’ai réussi de mieux », affirme l’artiste elle-même dans l’avant-propos de la réédition de sa pièce chez Albin Michel.