En Australie, un touriste aurait mis la main sur des archives des Beatles

Rapportée par le Times de Londres du 13 juillet, l'histoire relève de la pêche miraculeuse: en vacances dans la ville australienne de Lara, Fraser Caughton, un citoyen de Sa Majesté, achète au marché aux puces une valise pour la modique somme de 50 dollars australiens (environ 45 $CAN). Après l'avoir ouverte, le touriste éberlué découvre 400 photos des Beatles, des disques de vinyle, des programmes de leurs concerts et des bandes audio scellées avec cette mention manuscrite: «Abbey Road... à ne pas publier». Abbey Road est le célèbre studio londonien où le groupe britannique commit ses chefs-d'oeuvre. Et, selon Peter Doggett, le consultant de la maison Christie's cité par le Times, la valise pourrait contenir les «archives de Mal Evans». C'est-à-dire, pour le beatlemaniaque averti, le saint Graal.

Tué en 1976 par la police de Los Angeles après une altercation, Mal Evans fut le roadie, le preneur de son et l'homme à tout faire des Beatles. Ce proche collectionnait également leurs reliques et les avait rassemblées en vue d'écrire ses mémoires. Selon le Times, les bandes retrouvées contiendraient des versions différentes de classiques comme We Can Work It Out et Cry Baby Cry et des chansons que les Beatles n'ont jamais commercialisées sous leur nom. Le journal cite I'm In Love, un titre que Lennon et McCartney offrirent en 1963 à un groupe de Liverpool, The Fourmost.

Une expertise permettra d'authentifier ces bandes, puisque le touriste, qui n'est apparemment pas un fan des Beatles, a prévu de vendre son acquisition. S'il s'agit des archives de Mal Evans, Peter Doggett estime qu'elles pourraient rapporter à son nouveau propriétaire des centaines de milliers de livres. En 1998, un carnet de notes appartenant à Mal Evans et dans lequel Paul McCartney avait écrit les paroles de Hey Jude s'était vendu pour 100 000 livres chez Sotheby's, à Londres. Mais Fraser Caughton n'a pas la certitude de pouvoir s'enrichir: en 1996, le même McCartney avait poursuivi en justice la veuve d'Evans pour l'empêcher de vendre l'original de With a Little Help from my Friends.

Les beatlelogues se demandent surtout comment pareille valise a pu échouer sur un marché aux puces australien. Mal Evans ne s'est rendu qu'une fois dans ce pays, pendant une tournée des Beatles en 1964. Soit avant l'enregistrement des bandes.

L'excitation autour de cette affaire n'est pas sans rappeler la saisie, par les polices néerlandaise et britannique, de 500 enregistrements des Beatles disparus en 1969. À l'époque, Michael Ellis, membre de la Fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI), n'a pas hésité à déclarer: «Nous avons probablement mis la main sur le plus grand vol de l'histoire du rock'n'roll.» Depuis, on est sans nouvelles de ces Get Back Sessions, présentées comme inédites alors qu'elles alimentaient depuis plus de trente ans le marché des pirates.