Frida, «mi amor»

Martine Letarte Collaboration spéciale
L’exposition «Frida Kahlo, Diego Rivera et le modernisme mexicain» est présentée jusqu’au 7 septembre. Détail de «Frida Kahlo sur un banc #5», 1939, Nickolas Muray
Photo: 2020 Banco de México Diego Rivera Frida Kahlo Museums Trust, Mexico, D.F. via SOCAN L’exposition «Frida Kahlo, Diego Rivera et le modernisme mexicain» est présentée jusqu’au 7 septembre. Détail de «Frida Kahlo sur un banc #5», 1939, Nickolas Muray

Ce texte fait partie du cahier spécial Musées

Le pavillon Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) rouvrira ses portes le 29 juin pour permettre aux gens de visiter la grande exposition Frida Kahlo, Diego Rivera et le modernisme mexicain. L’établissement tire aussi profit de son site extérieur entouré d’espaces verts pour tenir une foule d’activités en plein air.

Ouverte en février, l’exposition Frida Kahlo, Diego Rivera et le modernisme mexicain devait rester au MNBAQ pendant trois mois, mais elle y sera finalement jusqu’au 7 septembre. Ces deux artistes qui formaient un couple mythique sont reconnus mondialement pour leur contribution à l’art moderne et ils continuent de fasciner les gens plus de 60 ans après leur décès. En plus d’œuvres du duo de créateurs, dont 20 de Frida Kahlo (1907-1954), l’exposition présente des toiles d’autres artistes modernes mexicains et de nombreuses photographies pour situer le couple dans son époque. Avant de se tenir à Québec, cette exposition a attiré des foules de curieux à Bologne, à Istanbul, à Sydney et à Fort Lauderdale.

Les visiteurs auront aussi accès aux trois expositions de la collection nationale du MNBAQ, soit De Ferron à BGL. Art contemporain du Québec, Art inuit. La collection Brousseau, Ilippunga et Arts décoratifs et design du Québec. La fresque monumentale de Jean-Paul Riopelle L’hommage à Rosa Luxemburg sera aussi accessible.

Des guides seront présents dans les salles d’exposition pour donner de l’information et répondre aux questions du public. Une visite commentée avec un guide-animateur pour dix personnes maximum est aussi proposée autour du MNBAQ afin de découvrir l’histoire et l’architecture du musée et quelques œuvres ciblées du jardin de sculptures.

Découvertes et créations en plein air

Pour permettre au plus grand nombre de personnes possible de visiter les expositions, toute la programmation culturelle du MNBAQ se déroulera à l’extérieur cet été.

« Avec le jardin de sculptures, le parc du Musée, le parvis et la terrasse du pavillon central, nous avons beaucoup d’espaces où déployer une programmation culturelle qui répondra aux besoins des gens de venir à la rencontre de l’art, en vrai, tout en respectant les règles de santé publique », explique Marie-Hélène Audet, chef du service de la médiation au MNBAQ.

C’est ainsi que, dès la mi-juillet, une foule d’activités seront proposées chaque jour pour différents publics. Les familles pourront venir créer en plein air une œuvre inspirée des collections du musée. L’heure du conte attirera certainement plusieurs amateurs de littérature jeunesse.

Ce qui nous rend plus humain, un atelier mobile de sculpture sur bois avec modèle issu du public de l’artiste Mathieu Gotti sera également de la programmation. On pourra aussi voir un danseur interpréter une chorégraphie dans le jardin de sculptures tout en respectant les règles de distanciation physique.

Les amateurs d’improvisation pourront participer à des joutes sur le thème d’œuvres de la collection du musée. Des 5 à 7 musicaux seront aussi tenus avec des artistes de la scène émergente de Québec.

Les activités de la programmation extérieure seront gratuites, mais il faudra se procurer un billet afin de réserver sa place et éviter de créer un rassemblement.

« Nous avons si hâte d’accueillir les gens, affirme Marie-Hélène Audet. L’art peut apaiser, que ce soit par la visite d’expositions ou par la participation à des activités culturelles. Après des mois de confinement, on est en manque d’humains et de vrais contacts. Ça fera du bien de se retrouver. »