Découvrir un grand bâtisseur de Montréal

Jean-François Venne Collaboration spéciale
Coupe de la chapelle de l’Hôtel-Dieu
Photo: Archives des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph Coupe de la chapelle de l’Hôtel-Dieu

Ce texte fait partie du cahier spécial Musées

Les visiteurs du Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal ont l’occasion de découvrir un grand bâtisseur du patrimoine montréalais et québécois : Victor Bourgeau (1799-1885).

L'exposition Victor Bourgeau. Un évêque et son architecte constitue la première grande rétrospective de l’un des architectes les plus en vue de Montréal au XIXe siècle. Elle a été réalisée sous la houlette des commissaires Raymonde Gauthier, historienne de l’architecture, et Ginette Laroche, historienne de l’art et ethnologue.

Elles ne manquaient certes pas de matière. Victor Bourgeau a notamment conçu de vastes ensembles conventuels tels que l’Hôtel-Dieu ou le couvent des Sœurs grises. Il a aussi réalisé la cathédraleSaint-Jacques de Montréal, les cathédrales de l’Assomption, de Trois-Rivières et de Rimouski et l’église Saint-Pierre-Apôtre, à Montréal. C’est d’ailleurs à cette occasion qu’il croise la route de monseigneur Ignace Bourget, évêque de Montréal.

Une rencontre fructueuse

« L’œuvre de Victor Bourgeau ne peut se comprendre qu’à travers les actions de Mgr Bourget, qui devient son grand donneur d’ouvrage. Il en fera même un temps l’architecte du diocèse, lui accordant un quasi-monopole », explique le directeur général du musée, Paul Labonne. À l’époque, l’immigration britannique augmente à Montréal et la communauté anglophone se structure, notamment en érigeant des temples. Refusant que les francophones ne soient en reste, Mgr Bourget souhaite la construction d’édifices catholiques, mais aussi d’établissements charitables, puisque les communautés religieuses sont responsables de l’éducation et de la santé.

« Nous utilisons une approche d’histoire sociale pour illustrer dans quel contexte s’inscrit l’œuvre de l’architecte, poursuit M. Labonne. L’exposition permet de comprendre comment les organismes de bienfaisance se mettent en place à Montréal et quels services d’aide ils offrent, tout en découvrant une manière de construire propre à cette période. »

Les visiteurs pourront observer les plans originaux de l’Hôtel-Dieu de 1859 rehaussés d’aquarelle, ainsi que des plans inédits du couvent des Sœurs grises et trois plans initiaux de la cathédrale de Trois-Rivières. Le Centre canadien d’architecture a aussi prêté au musée des plans de décors intérieurs, puisque cet ancien maître menuisier en a réalisé plusieurs. On lui doit notamment la réfection de la basilique Notre-Dame de Montréal.

L’occasion est donc belle d’en apprendre davantage sur ce concepteur de plus de trois cents bâtiments, dont l’empreinte patrimoniale majeure s’inscrit d’Ottawa jusqu’à Rimouski.