À défaut de prendre l’air

André Lavoie Collaboration spéciale
La nouvelle passerelle piétonne du Campus MIL
Photo: Héritage Montréal La nouvelle passerelle piétonne du Campus MIL

Ce texte fait partie du cahier spécial La culture dans votre salon

Fondé en 1975, l’organisme Héritage Montréal a la métropole tatouée sur le cœur, cherchant à protéger son patrimoine bâti et ses paysages du pic des démolisseurs ou de politiciens obnubilés par l’asphalte et le béton. Et depuis 1988, entre sensibilisation et revendications, ses circuits pédestres, les ArchitecTours, dévoilent les richesses parfois insoupçonnées de Montréal, la présentant sous un éclairage érudit, au grand air, un pas à la fois.

La 32e saison de ces promenades risque d’être minimaliste, comme tant d’autres choses culturelles en temps de pandémie. Mais cela n’allait pas freiner Dinu Bumbaru, directeur des politiques à Héritage Montréal. Lui qui a grandi et vit toujours près de l’ancienne gare de triage d’Outremont, complètement métamorphosée ces dernières années pour laisser place au campus MIL, le complexe des sciences de l’Université de Mont-réal, il en a fait un lieu de marche au grand air.

« Pendant longtemps, ce fut un endroit où l’on n’avait ni l’habitude ni le droit d’aller, se souvient Dinu Bumbaru. Même si ce n’est plus une gare de triage, les trains passent encore sur les voies ferrées, et c’est toujours un vaste site en plein centre de l’île de Montréal. Comme les autorités publiques nous encouragent à marcher [à deux mètres de distance et en évitant les rassemblements], je me suis demandé ce qu’Héritage Montréal pouvait offrir dans ce contexte. »

Ses cogitations sont devenues « Le tour du bloc », une série de courtes capsules, quatre pour le moment, qui explore des lieux emblématiques de Montréal (l’Hôtel-Dieu, l’avenue des Pins, la rue Jean-Talon), alors que lesite modernisé de la gare de triagefigure sans doute parmi les moins connus. En quelques minutes, Dinu Bumbaru plante le décor, s’appuyant sur une iconographie riche (et libre de droits !), tout particulièrement celle offerte par Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). En effet, les collections en ligne de BAnQ regorgent non seulement de livres, mais aussi de plans, de cartes et d’atlas, « qu’on peut difficilement apporter pendant un circuit pédestre ».

Pour Dinu Bumbaru, cette initiative numérique ne remplacera pas les ArchitecTours, mais accompagnera les promeneurs dans « une visite virtuelle avant de plonger dans le réel ».