La nature s’éveille sur nos écrans

Charlotte Mercille Collaboration spéciale
Selon Charles-Mathieu Brunelle, directeur général d’Espace pour la vie, l’expérience du confinement est une occasion de mieux habiter la nature dans notre espace immédiat.
Photo: iStock Selon Charles-Mathieu Brunelle, directeur général d’Espace pour la vie, l’expérience du confinement est une occasion de mieux habiter la nature dans notre espace immédiat.

Ce texte fait partie du cahier spécial La culture dans votre salon

À travers sa nouvelle programmation à distance, Espace pour la vie se repositionne comme contributeur à la société. « Notre volonté est de non seulement représenter un centre pour la nature, mais aussi de devenir un véritable service public », explique Charles-Mathieu Brunelle, directeur général de l’organisme parapublic.

Ce dernier voit l’expérience du confinement comme une occasion de mieux habiter la nature dans notre espace immédiat : « Tout ceci nous amène graduellement à nous questionner sur les manières de reconnecter l’humain à son environnement, et cet exercice passe par la connexion de l’humain à soi-même, mais aussi aux autres. »

Ce sont autant de sujets qu’aborde la nouvelle série de balados Mieux habiter la nature, en compagnie des membres de l’équipe, dont le directeur du Biodôme, Yves Paris.

Repenser l’offre

Depuis le mois d’avril, une partie du site Web de la société a été réaménagée pour accueillir des capsules éducatives. Le volet Petits Curieux se destine aux enfants d’âge préscolaire jusqu’au secondaire. Les différentes activités de bricolage expliquent, entre autres, comment assembler un papillon en papier ou apprécier les phases de la Lune.

Dans la section Grands Curieux, des vidéos en format questions-réponses élucident des énigmes qui peuvent tarauder petits et grands, telles que les causes d’une étoile filante, l’âge maximal d’un bonsaï ou encore l’origine de la lumière des lucioles.

Espace pour la vie a aussi dû repenser ses performances devant public. Depuis Pâques, la pièce Coco Incognito, écrite par Anne-Élisabeth Bossé et autrefois présentée au Biodôme, est accessible sur le Web. « Les adultes vont autant s’amuser [que les enfants] dans cette pièce narrée par Sophie Faucher, s’enthousiasme Charles-Mathieu Brunelle. C’est vraiment délicieux. »

Du côté du Planétarium, le conte Astérias, qui aide les enfants d’âge préscolaire à se familiariser avec les planètes, se voit aussi transposé sur Internet.

Le jardinage à l’horaire

En addition, des conférences sur le jardin potager et les plantes médicinales seront mises en ligne le 23 mai. « Plus la pandémie avance, plus elle nous fait prendre conscience de la nécessité d’une autonomie alimentaire », observe le directeur général.

Une série de capsules donne finalement la parole au personnel d’Espace pour la vie. Entomologistes, animateurs scientifiques, horticulteurs et chercheurs dévoilent les coulisses de leur passion.

Du côté des médias sociaux, des experts comme le directeur de l’Insectarium, Maxim Larrivée, et Simon Joly, chercheur au Jardin botanique, répondent aux questions des internautes sur Twitter. Les floraisons du Jardin botanique et les habitants de l’Insectarium pourront aussi être admirés sur Facebook et Instagram.

« Ça peut sembler contre-intuitif d’être aussi présent sur les médias sociaux, mais ces ressources rejoignent les personnes où elles sont. Après, nous sommes tous capables de déposer nos appareils et d’admirer la vie qui nous entoure avec des yeux nouveaux », estime Charles-Mathieu Brunelle.

Espace pour la vie attend toujours les prochaines directives du gouvernement pour fixer une date de réouverture officielle. Pour le Jardin botanique, on vise la mi-juin. Des employés vont tout de même se remettre au travail progressivement dans l’espoir de rattraper les retards de plantation du jardin potager.

Le Planétarium se trouve dans le même cas de figure que les salles de spectacle. Le Biodôme et l’Insectarium sont fermés jusqu’à nouvel ordre, à l’exception des chantiers, entamés avant la crise, qui ont repris.

 

Annulés ou reportés ?

Espace pour la vie regroupe le Biodôme, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium de Montréal. En temps normal, ils reçoivent en tout plus de 2 millions de visiteurs par année. La réouverture de l’Insectarium est prévue pour 2021, tandis que le Biodôme devait ouvrir de nouveau ses portes au printemps.

Événements annulés pour l’année 2020 :

 

• Pique-nique o’hanami

• Rendez-vous horticole

• Journée des musées montréalais

• Fête de Sagabone

• Ikebana

• Fiesta monarque

Événements reportés :

 

• Concert Corridor

• Naissance de la planète Terre

• Conférence de l’équinoxe — Pulsars et autres étrangetés stellaires