Les flâneurs


Odile Tremblay

Bain de Van Gogh
Ceux qui n’ont pas encore plongé à L’Arsenal dans le bain immersif d’Imagine Van Gogh devraient tenter le coup. Pour admirer les toiles originales du peintre néerlandais de génie, il faut aller dans les grands musées à Paris, à Amsterdam ou ailleurs. Reste que ces projections du plancher au plafond, toutes surfaces unies, des oeuvres du peintre des Iris et d’un Café la nuit permettent avec force gros plans de voir le coup de pinceau, de pénétrer un détail, une vision du monde. L’expérience nous rapproche de sa flamme consumée par un monde qui jadis n’y aura rien compris.


Caroline Montpetit

Cohen d’outre-tombe
Comme un dernier clin d’oeil, Cohen nous livre un album d’outre-tombe, conçu et produit par son fils, Adam, à partir des « retailles » de You Want It Darker, paru 19 jours avant sa mort, le 7 novembre 2016. Alors que le premier était tout imprégné de l’angoisse de mourir, Thanks for the Dance est étonnamment plus léger. Limité physiquement, Cohen a enregistré huit des neuf chansons de l’album de sa maison de Los Angeles, chantant dans un micro posté sur la table de sa salle à manger. La dernière, Listen to the Hummingbird, propose un poème qu’il avait récité à différentes occasions, mais qu’il n’avait jamais eu le temps de mettre en musique.


Manon Dumais

Un garçon, deux chatons
Sur Internet, il existe une règle selon laquelle il ne faut pas faire de mal aux chats dit-on dans Don’t F**k with Cats. Après qu’un Canadien désaxé eut partagé une vidéo où il asphyxie des chatons, un groupe de geeks s’est mis à le traquer durant un an et demi, soit jusqu’à ce que celui-ci tue Jun Lin, étudiant à l'Université Concordia, la police ne les ayant pas pris au sérieux. Disponible sur Netflix, ce documentaire en trois épisodes de Mark Lewis relate minutieusement cette traque tout en forçant le spectateur à réfléchir sur son propre rapport aux réseaux sociaux. Aussi efficace qu’effroyable.


Louise-Maude Rioux Soucy

Énigmatique 422
Pari réussi pour l’équipe un brin fantasque du 422, ce thriller fantastique familial de Télé-Québec qui réussit à scotcher à l’écran tant les petits que les grands, en mêlant enlèvements, concours d’épreuves et huitième dimension. L’imagination triomphe du peu de moyens, tant par son intrigue délicieusement tarabiscotée que par le jeu allumé des comédiens, spécialement celui des jeunes, craquants de vérité et d’absolu. Le rendez-vous, encore meilleur en rafale, colle parfaitement au cocon des Fêtes, créant une bulle qui a déjà des allures de rituel familial. Vivement la suite !