Les flâneurs

Ralph Elawani 

On n’est pas des trous-de-cul
C’est un livre magnifique issu d’une thèse, ce qui en soi est rare. C’est aussi une grande injustice qui est réparée : l’ouvrage de Marie Letellier On n’est pas des trous-de-cul, initialement publié chez Parti pris, en 1971, sous la férule de Gérald Godin, nous revient enfin. Longtemps demeurée un secret d’initiés, la plaquette que Jacques Ferron avait saluée comme un « roman déguisé » voit la chercheuse se greffer littéralement au quotidien d’une famille du Centre-Sud de l’époque. Une réédition signée Moult, accompagnée d’images, d’une postface inédite et d’un entretien avec Letellier.


Odile Tremblay

Le Pérou d’antan
Le coffre des merveilles s’ouvre au musée Pointe-à-Callière à l’exposition Les Incas… c’est le Pérou, où 300 objets du patrimoine andin en or, en plumes, en textile, en poterie, en bois et autres matériaux ouvragés issus de grandes collections européennes se laissent admirer. S’y trouve à l’honneur non seulement l’héritage sophistiqué de la culture inca, mais aussi celui des civilisations précédentes, tels les Chancays aux figurines et poupées funéraires aux yeux quadrangulaires, semblant sortis du Temple du Soleil d’Hergé. Entre bijoux et tapisseries en plumes d’aras, l’histoire du Pérou se raconte.


Amélie Gaudreau

Pas juste pour rire

La série comique Lafabuleuse Mme Maisel, d’Amy Sherman-Palladino (Gilmore Girls), verbeuse mais craquante, sur une jeune mère de famille juive des beaux quartiers de New York à la fin des années 1950 qui se lance clandestinement dans une carrière d’humoriste, a fait sensation lors de son dévoilement en 2017. La deuxième saison, qui exposait les tabous et les écueils de ce choix de carrière ardu pour une femme à cette époque, s’est révélée moins réussie, mais la prémisse de la troisième saison, tout juste arrivée sur Prime Video, laisse espérer le meilleur.


Valérie Duhaime

Entrer dans la danse
Le rappeur Maybe Watson, membre d’Alaclair Ensemble, faisait paraître en octobre son 2e album solo, Enter the Dance. Il s’agit de fort bonne musique, mais aussi du titre d’une websérie accompagnant le disque. Pastiche des films de danse du début du millénaire, tout y est : des dialogues inspirants dégoulinants de clichés, des rivalités beaucoup trop vilaines pour l’enjeu et, surtout, la rédemption d’un héros déchu. Oui, tout est possible, comme le dit le personnage principal : « Si je crois en mes rêves, ils vont peut-être se réaliser, mais si je crois en moi, ils vont devenir réalité. »