Le prix Oberlander, futur Nobel de l’architecture paysagère?

Cornelia Hahn Oberlander recevant l'insigne de Compagnon de l’Ordre du Canada, en 2018
Photo: David Kawai La Presse canadienne Cornelia Hahn Oberlander recevant l'insigne de Compagnon de l’Ordre du Canada, en 2018

Un nouveau Prix international de l’architecture paysagère, créé par une fondation américaine, sera attribué tous les deux ans à partir de 2021 et doté d’une récompense de 100 000 dollars, sur le modèle du prix Pritzker pour les architectes. Le nouveau prix portera le nom de la Canadienne Cornelia Hahn Oberlander, considérée comme l’une des plus influentes architectes paysagères du XXe siècle. Il a été créé par The Cultural Landscape Foundation, ONG créée en 1998 et basée à Washington.

Aujourd’hui âgée de 98 ans, Mme Oberlander, qui réside à Vancouver, fut l’une des premières à embrasser des principes d’écologie, de durabilité et de justice sociale dans ses réalisations. Elle incarne, selon le président de la fondation Charles Birnbaum, des valeurs de « créativité, courage et vision » appelées à devenir les critères principaux dans l’attribution du nouveau prix.

Ses projets les plus célèbres sont à Vancouver — tels les aménagements du Museum of Anthropology et de la place Robson — mais aussi à New York, où elle a conçu la cour du siège du New York Times, ou dans des ambassades du Canada, notamment à Berlin et Washington. Mme Oberlander a aussi travaillé sur des logements sociaux, et renouvelé les aires de jeux pour enfants pour faire la part belle à la créativité : elle en créera plus de 70, après un premier projet à l’Exposition universelle de Montréal en 1967.

L’architecture paysagère est idéalement placée pour répondre aux défis environnementaux, sociaux et écologiques auxquels nous sommes confrontés

Mme Oberlander, toujours active malgré son grand âge, est issue d’une famille ayant fui le nazisme en partant pour les États-Unis en 1938. Elle sera une des premières femmes admises en 1944 à l’École de design de Harvard, où elle suivra notamment les cours d’un autre Allemand, Walter Gropius, fondateur du mouvement Bauhaus. C’est aussi à Harvard qu’elle rencontre son futur mari, l’architecte et urbaniste Peter Oberlander, qu’elle suivra en 1953 à Vancouver.

En apprenant en juillet qu’un prix international était créé à son nom, Mme Oberlander avait dit espérer qu’il « encouragerait les architectes paysagers à innover, générer de nouvelles idées, et être des meneurs de leur communauté ». « L’architecture paysagère est idéalement placée pour répondre aux défis environnementaux, sociaux et écologiques auxquels nous sommes confrontés », avait-elle déclaré au président de la fondation, venu lui annoncer la nouvelle chez elle. La création de ce prix intervient 40 ans après la création du prix Pritzker, lancé en 1979 et considéré comme le « Nobel de l’architecture ».