Les flâneurs


Caroline Montpetit

Dans l’œuvre de Bosch

Il aura fallu cinq siècles après la création du Jardin des délices, de l’artiste néerlandais Hieronymus Bosch, pour pouvoir entrer dans cette toile stupéfiante par l'entremise de l’animation vidéographique d’Ange Potier. Les artistes de la compagnie de cirque Les 7 Doigts ne s’en sont pas privés et y ont intégré des numéros inspirés de l’œuvre. Le spectacle Bosch Dreams, présenté dans le cadre du festival Montréal complètement cirque, n’est pas parfait. Mais pour la seule occasion de se poser un instant dans l’œuvre de ce génie, le spectacle vaut le détour.

 


Philippe Papineau

Pourquoi t’es partie, Julie ?
Quand vient le temps pour Émilie Perreault de déclarer son amour pour Julie Masse, la journaliste culturelle ne se défile pas. Et depuis que la chanteuse de C’est zéro a mis fin sans avertissement à sa glorieuse carrière, Perreault a froid dans les veines. Bon, on exagère, mais c’est là un peu le ton de son nouveau balado, Pourquoi Julie?, «une enquête sur le mythe de Julie Masse, mais aussi sur notre rapport à la célébrité ». Le résultat assume d’une part le léger de la chose, mais s’applique sérieusement à la tâche, comme le révèle le premier épisode, de cinq, mis en ligne mardi dernier.


Valérie Duhaime

Pas de projets

« J’ai pas d’autres projets pour la journée à part rester positif », entend-on dans la pièce TODO List. Ça tombe bien que KNLO reste positif, parce que c’est comme ça qu’on l’aime. Mais on aime aussi quand il a d’autres projets, avec Caro Dupont ou Alaclair Ensemble par exemple. Son deuxième album solo (c’est lui qui le dit, malgré son impressionnante production de mixtapes sous le nom KenLo Craqnuques), Sainte-Foy, paru en juin, donne le goût de n’avoir pas d’autres projets de l’été que de l’écouter en boucle, idéalement sur le bord d’une source d’eau fraîche. Danser, ça donne chaud.


Olivier Sylvestre

Équilibre technologique

J’avais l’intention de lire le premier hors série de Beside, « Écrans verts », mais je me suis plus tôt mis à scroller sur Instagram. Le nouveau carnet du magazine de plein air, dévoré d’un trait après trois tentatives infructueuses, explore notre relation, toxique parfois, avec la technologie. On a tous les mêmes problèmes ; cette semaine seulement, Google m’informe du fait que j’ai utilisé mon téléphone 585 fois. Au travers d’une série de récits personnels, le recueil force à l’introspection et à trouver des pistes de solutions à la dépendance numérique. Mais un équilibre entre bien-être, productivité et technologie, est-ce vraiment possible ?