Acrobaties sur deux roues et autres arts

Guillaume Doin, qui est à l’origine du spectacle «À deux roues, la vie!» a adopté le vélo artistique comme principale discipline circassienne.
Photo: DynamO Théâtre Guillaume Doin, qui est à l’origine du spectacle «À deux roues, la vie!» a adopté le vélo artistique comme principale discipline circassienne.

Est-ce du théâtre ? Un spectacle de marionnettes ? Est-ce de la magie ? Est-ce du cirque ?

À deux roues, la vie ! le nouveau spectacle présenté par le DynamO Théâtre, se situe probablement aux frontières de tout cela.

C’est l’histoire d’un homme qui revient dans la maison de ses parents après la mort de ceux-ci. Il se laisse inspirer par les objets qui s’y trouvent et qui s’animent. Parmi eux se trouve le vieux vélo du père, qui deviendra une pièce centrale du spectacle. Dans l’histoire qui va suivre, l’homme départagera ce qui appartient à son passé, à son présent, à son avenir.

Il faut dire que Guillaume Doin, qui est à l’origine du spectacle, et dont c’est la première création, a adopté le vélo artistique comme principale discipline circassienne. On risque de l’y voir debout sur la selle de la bicyclette, en équilibre sur la roue arrière ou sur le guidon, ou même la tête en bas. L’équipe aime citer cette phrase d’Albert Einstein : « La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. »

« Je me suis formé de manière autodidacte », dit Guillaume Doin, notamment dans des compagnies françaises de théâtre de rue et à l’aide de stages liés à l’École nationale du cirque.

Mais c’est par les ateliers organisés par le DynamO Théâtre que Guillaume Doin a fait la connaissance d’Yves Simard, codirecteur artistique de la compagnie et metteur en scène du spectacle.

« Guillaume m’a approché pour créer un spectacle autour de son vélo », dit Yves Simard.

Ce vélo est tout de même particulier. « C’est un appareil de cirque », dit Guillaume Doin.

Puis, toute l’équipe s’est mise à penser le spectacle, à échanger des idées.

Réalisme magique

« On peut dire que ce qui nous intéressait, c’est le réalisme magique, poursuit Yves Simard. Une réalité qui se déforme et qui devient quelque chose de magique. […] Guillaume, quelque part, a le sentiment de transfigurer la réalité ».

Yves Simard est notamment un adepte du théâtre d’objets, particulièrement présent dans la tradition européenne du cirque. « Le théâtre d’objets, c’est la manière dont on fait vivre l’objet par une prouesse acrobatique ou poétique », dit-il. Le spectacle À deux roues, la vie! compte d’ailleurs deux interprètes, dont l’une, Gabrielle Garand, demeure invisible. Le tout s’inspire des principes de la « magie nouvelle », qui mêle illusionnisme, dramaturgie, danse, musique, cirque et arts plastiques. « On a des trucs de magie, dit Yves Simard. Et à partir de ces trucs, on écrit une histoire. Cela devient comme une illusion. C’est intégré dans une dramaturgie. »

Cette histoire, elle est sans paroles. Mais elle a pour trame une musique originale créée par Pierre Guy Blanchard. Le spectacle s’adresse à toute la famille et aux enfants à partir de six ans. « Cela fonctionne autant chez les adultes que chez les enfants », remarque Yves Simard.

Le DynamO Théâtre est d’ailleurs spécialisé dans les spectacles pour jeunes publics, qui intègrent le jeu clownesque et le mouvement acrobatique.

À deux roues, la vie !

Présenté par DynamO Théâtre et le collectif À deux roux à la salle Claude-Gauvreau de l’UQAM. Du 8 au 11 juillet.

À deux roues, la vie !

Présenté par DynamO Théâtre et le collectif À deux roux à la salle Claude-Gauvreau de l’UQAM. Du 8 au 11 juillet.