Où est-ce qu’on se baigne à Montréal?

Catherine Martellini Collaboration spéciale
Une nouvelle plage voit le jour cet été à côté de l’Auditorium de Verdun
Photo: Arrondissement de Verdun Une nouvelle plage voit le jour cet été à côté de l’Auditorium de Verdun

Ce texte fait partie du cahier spécial C'est l'été

Si, par le passé, le commerce maritime accaparait en grande partie les berges de Montréal, des efforts ont été déployés pour que les citoyens et les visiteurs se les réapproprient. Tour d’horizon de quelques plages de Montréal et des environs.

La nouvelle plage urbaine de Verdun

Une nouvelle plage verra le jour à Verdun au début de l’été, à l’angle du boulevard Gaétan-Laberge et de la rue De L’Église, à côté de l’Auditorium de Verdun. Contrairement aux autres plages plus « traditionnelles », c’est-à-dire où l’on cherche à se prélasser au soleil sur sa couverture et à jouer dans l’eau, celle-ci sera davantage axée sur la baignade urbaine.

Jean-François Parenteau, maire de l’arrondissement de Verdun, entend par là qu’on pourra y entrer librement et gratuitement et que le site sera divisé par sections : plage, parc et zone détente. « Un travailleur pourra y faire une pause sur l’heure du midi ou s’y arrêter après le boulot, sur une aire gazonnée ou sablonneuse », illustre-t-il.

Éventuellement, une bibliothèque satellite permettra aux visiteurs d’emprunter des livres le temps de leur halte en plein air.

D’une superficie de 150 mètres, la portion plage sera surveillée pendant les heures d’ouverture. L’aire réservée à la baignade, elle, pourra accueillir environ 450 baigneurs, mais le site autour est beaucoup plus vaste. « On a plusieurs kilomètres de rive à Verdun et les gens s’y baignent depuis toujours. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles c’est gratuit. »

Des installations sanitaires — toilettes et vestiaires — sont prévues dans l’Auditorium en rénovation pour cette première année, mais elles se trouveront sur les lieux par la suite. Les gens pourront compter sur les restaurants aux alentours pour s’alimenter. « Une rampe d’accès permettra aux personnes à mobilité réduite de descendre en fauteuil roulant jusque dans l’eau, puis de remonter », précise-t-il.

La qualité de l’eau est surveillée en temps réel grâce à une technologie de pointe. Le maire assure toutefois que l’eau à cette hauteur de la ville jouit de la « meilleure qualité en raison des rapides qui la filtrent ».

Les plages hybrides

Les adeptes de la baignade sont bien servis dans l’ouest de Montréal, qui jouit de plusieurs plages, toutes bordées par le lac des Deux-Montagnes. Parmi celles-ci, deux misent sur un mélange entre plage et nature, soit le parc-nature du Cap-Saint-Jacques, dans l’arrondissement de Pierrefonds, qui est aussi le plus grand parc de Montréal, et celui du Bois-de-l’Île-Bizard, dans l’arrondissement de l’Île-Bizard–Sainte-Geneviève. Relativement petite et privée, la portion plage de chacun de ces deux sites donne sur une baie, tandis qu’on peut y pratiquer aux alentours pêche, vélo et randonnée pédestre, en plus d’y pique-niquer dans les aires prévues à cette fin.

Les bains de foule

Trois plages proposent de plus grandes étendues sablonneuses. Située près du centre-ville sur l’île Notre-Dame, la plage Jean-Doré, au parc Jean-Drapeau, peut accueillir 5000 personnes. Un de ses principaux avantages réside dans son accessibilité. On peut en effet s’y rendre en auto, en métro, en autobus et à vélo.

Photo: Parc Jean-Drapeau de Montréal Plage Jean-Doré

Pour ceux qui ont envie de se dégourdir les jambes, la plage d’Oka, dans le parc national d’Oka de la SEPAQ, qui longe aussi le lac des Deux-Montagnes, offre sept kilomètres de littoral, ce qui en fait la plus longue plage. Dans les deux cas, on peut profiter des pistes cyclables et de randonnées pédestres aux alentours.

Si on triche un peu et qu’on s’éloigne encore plus à l’ouest de Montréal, on atteint la plage de Saint-Zotique, dans la municipalité du même nom. Les nombreux palapas qui y sont déployés et l’immensité du lac Saint-François qui définit l’horizon lui donnent des airs tropicaux qui attirent une grande foule chaque été.

L’entrée est payante à ces trois emplacements et les services offerts s’y ressemblent : casse-croûte, toilettes publiques, terrains de volleyball et vestiaires. On peut aussi y louer des embarcations nautiques.