PY1: symbiose avec soi-même, les autres et l’univers

Rose Carine Henriquez Collaboration spéciale
Créée par Lune Rouge Entertainment, la structure est le lieu de naissance d’une nouvelle façon de concevoir le divertissement.
Photo: PY1 Créée par Lune Rouge Entertainment, la structure est le lieu de naissance d’une nouvelle façon de concevoir le divertissement.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Au cœur de la pyramide érigée sur le quai de l’Horloge du Vieux-Port de Montréal est installée l’aventure immersive Au-delà des échos. Il s’agit du premier spectacle présenté par PY1, le projet imaginé par Guy Laliberté.

Elle est immanquable, la silhouette pyramidale de 25 mètres de haut qui se dresse désormais dans le Vieux-Port de Montréal. Créée par Lune Rouge Entertainment, une entreprise de production numérique signée Guy Laliberté, la structure est le lieu de naissance d’une nouvelle façon de concevoir le divertissement. Il s’agit de la première salle nomade consacrée à des expériences immersives. Elle est destinée à offrir des spectacles numériques comme des soirées thématiques avec une approche singulière du nightlife, selon le directeur de création de Lune Rouge Entertainment, Jean Guibert.

Dès le 1er juin, Au-delà des échos, voyage poétique et imaginaire conçu par le metteur en scène Gabriel Coutu- Dumont, inaugurera l’espace. La création invite au plus grand des voyages, celui de la création de l’univers, mais également à un voyage intérieur et en même temps collectif.

Une trame narrative

Ce spectacle multisensoriel transforme les visiteurs en personnages, précise M. Guibert. « Les gens se retrouvent directement à l’intérieur de l’oeuvre, dans une histoire assez émouvante, déclare-t-il. Les spectacles multimédias sont d’habitude des projets visuels fascinants, flamboyants, mais ne sont pas nécessairement rattachés à une histoire profonde. Dans ce cas-ci, le défi qu’on s’est donné, c’est d’être aussi touchant avec la technologie. »

Photo: PY1

Porté par les sons, les images, et des extraits audio du grand auteur Alan Watts, le public évolue à l’intérieur des scènes, dans des projections sur 360 degrés, à travers une ambiance éthérée, dans une salle aux proportions modulables.

En plus du spectacle d’une heure, PY1 accueille en fin de semaine des DJ, pour la plupart locaux, afin de revenir « à l’essence même de la fête ». « C’était une volonté de Guy Laliberté de s’appuyer sur la communauté et la scène locale, de leur donner un tremplin. Dans chaque ville qu’on va visiter, la démarche va être la même. »

Photo: PY1

De nombreux artisans ont pris part à ce projet d’envergure, ce qui a constitué un défi autant qu’une source de fierté, souligne M. Guibert. « Ce qui a rendu l’aventure fascinante, c’était d’amener des expertises qui ne viennent pas que du monde du spectacle et de mélanger tous ces talents, relève-t-il. Un mélange un peu inhabituel, mais qui est la vraie richesse du projet. »

Il s’agit d’un projet universel, démocratique et accessible à tous, mentionne M. Guibert. Le spectacle sera présenté durant quatre mois plusieurs fois par jour, avant de s’envoler vers Miami.