Musée de Joliette: un été sous le signe de l’engagement

Stéphane Gagné Collaboration spéciale
Sur la rive de la rivière L’Assomption, le musée de Joliette est le plus grand musée d’art en région au Québec.
Photo: Steve Montpetit Sur la rive de la rivière L’Assomption, le musée de Joliette est le plus grand musée d’art en région au Québec.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Situé sur le bord de la rivière L’Assomption, le Musée d’art de Joliette a une programmation bien chargée cet été. Deux artistes, aux styles très différents, exposeront une partie de leurs œuvres. À cela s’ajoutent plusieurs autres activités.

Vous aimez la photographie et la vidéo engagées ? Vous serez intéressé par la première rétrospective au pays de l’artiste canadienne d’origine coréenne Jin-me Yoon, présentée à partir du 8 juin. Le directeur général et conservateur en chef du Musée d’art de Joliette, Jean-François Belisle, est très fier de l’exposition de cette artiste de renommée nationale. « Je souhaitais depuis longtemps organiser une exposition mettant ses œuvres en valeur, dit-il. La commissaire Anne-Marie St-Jean Aubre y travaille depuis deux ans. »

L’œuvre de Jin-me Yoon s’applique à déconstruire le discours dominant et les stéréotypes sur la citoyenneté, la nationalité, la culture, le genre et la race. « La rétrospective sera présentée en deux volets: un volet au musée et un second au Musée d’art contemporain des Laurentides, à Saint-Jérôme, dit M. Bélisle. Aux deux endroits, ce seront des œuvres différentes. » Le directeur avoue qu’il aime bien ce type de collaboration entre musées, qui permet de faire connaître aux gens davantage de musées en régions et de présenter, par la même occasion, plus d’œuvres de la même artiste.

Une artiste métisse d’exception

L’autre exposition temporaire au musée, intitulée Soulèvement : la force de Terre Mère, consistera en une rétrospective de mi-carrière de l’artiste métisse Christi Belcourt. Militante pour la cause autochtone très connue en Ontario, mais beaucoup moins ici, Mme Belcourt a reçu de nombreux prix, dont le Prix du Gouverneur général pour l’innovation en 2016. Sa technique, qui consiste à parsemer ses toiles de petits pois de couleur en utilisant la pointe d’un pinceau ou une aiguille à tricoter, est en effet innovatrice. « Ses tableaux figuratifs sont influencés par la réalité spirituelle autochtone », dit M. Bélisle. La commissaire de cette exposition, Nadia Kurd, a choisi de présenter 35 de ses toiles produites sur 25 ans de carrière.

Le vernissage de ces deux expositions aura lieu le 8 juin. Il sera possible pour les Montréalais de venir y assister à peu de frais, puisqu’à 13 h, une navette se rendra au musée pour 15 $ aller-retour, à partir de la station de métro Berri-UQAM. Le vernissage est gratuit, mais l’inscription est obligatoire, via le site Internet du musée.

Notons également que les visites commentées de ces deux expositions auront lieu les dimanches 30 juin, 14 juillet et 11 août.

En plus de ces expositions temporaires, il est toujours possible de visiter la collection permanente du musée. Cette collection cumule 8500 œuvres acquises au fil des années. On y trouve des œuvres d’artistes célèbres, comme Jean-Paul Riopelle, Emily Carr et Paul-Émile Borduas. À ce sujet, rappelons que le musée de Joliette est le plus grand musée d’art en région au Québec.

Des activités diversifiées

Le musée propose aussi une panoplie d’activités pour l’été. Ainsi, il s’associe à la 11e Biennale internationale d’estampes contemporaine de Trois-Rivières en présentant des œuvres inédites d’artistes canadien, américain, serbe et polonais. Ces œuvres illustrent la diversité des techniques d’estampe contemporaine.

Le musée poursuit aussi ses résidences de danse en collaboration avec le Théâtre Hector-Charland et la Ville de Notre-Dame-des-Prairies. « Cette année, l’artiste en danse contemporaine Sara Hanley sera en résidence du 3 au 7 juin et présentera une performance lors du vernissage du 8 juin à 16 h », affirme le directeur du musée.

Enfin, le 18 août, une activité gratuite et ouverte à tous se tiendra au parc Renaud, situé en face du musée. Appelée Fête en art, elle consiste en une exploration d’une variété de techniques et de courants artistiques. On pourra y voir une exposition en plein air des œuvres de Jacques Hurtubise, de Marc Séguin, de Jérôme Fortin et d’Adad Hannah. Parmi les activités programmées, il y aura la création d’une sculpture collective géante en carton recyclé inspirée de la nature environnante, un rallye photo et un atelier de peinture musicale.