L’histoire exposée en permanence

Marie-Hélène Alarie Collaboration spéciale
Exposition «350 ans de pratiques artistiques» au Québec du Musée national des beaux-arts du Québec
Photo: Idra Labrie MNBAQ Exposition «350 ans de pratiques artistiques» au Québec du Musée national des beaux-arts du Québec

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Grande et petite histoire de Montréal

Compte tenu de la richesse de son histoire, Montréal regorge de musées historiques et, dans ce domaine, Pointe-à-Callière fait office de figure de proue puisqu’il est en lui-même un site historique et archéologique. Visiter l’exposition Ici a été fondée Montréal, c’est marcher sur un sol de verre surplombant les vestiges du fort de Ville-Marie.

Le Musée des Hospitalières présente une exposition qui relate la folle entreprise de Jeanne Mance : fonder Ville-Marie avec Paul de Chomedey de Maisonneuve, et doter la ville d’un hôpital, l’Hôtel-Dieu de Montréal. De plus, cette année, deux nouvelles oeuvres viennent enrichir la collection du musée, des toiles de Pellan et de Metsys et la crypte où reposent les restes de Jeanne Mance et de six cents hospitalières sera également ouverte au public du 24 mars au 5 mai.

Construit sous le régime français, le Château Ramezay est un témoin privilégié de la ville. On y expose aujourd’hui la vie quotidienne au XVIIIe siècle tandis que, à la Maison Saint-Gabriel, on peut admirer le mobilier artisanal et différentes collections de peintures, de broderies et de sculptures des XVIIIe et XIXe siècles.

Des premiers peuples à la modernité, le Centre d’histoire de Montréal couvre les temps anciens et ceux un peu plus proches de nous, comme Expo 1967, un événement international qui a fait rayonner Montréal avec plus de 50 millions d’entrées et des pavillons de 62 pays.

Québec, capitale de la Nouvelle-France

Québec… Là où tout a commencé ! Et le Musée de la civilisation est là pour nous le rappeler. L’exposition Le temps des Québécois regroupe plus de 375 objets et documents d’archives relatant les temps forts de l’histoire, ceux qui aident à comprendre le Québec d’aujourd’hui. De son côté, La colonie retrouvée expose les artefacts trouvés sur le site archéologique Cartier-Roberval, emplacement de la toute première colonie française en Amérique, soixante ans avant l’arrivée de Champlain. Une invitation à revisiter l’histoire apprise à l’école !

L’Îlot des Palais est lui aussi un site historique et archéologique qui présente dans ses caves voûtées du XVIIIe siècle une exposition immersive : mapping au sol, projections et 3D sont au rendez-vous pour ce voyage dans la vie de ce lieu qui a vu la Brasserie Jean Talon, les Palais de l’Intendant, les prisons, les Magasins du Roi et la brasserie Boswel. Mais bien avant que les Français ne débarquent, les Hurons-Wendat occupaient le territoire. Le Musée Huron-Wendat de Wendake nous parle d’une culture toujours vivante à travers une collection d’objets qui propose au visiteur d’en explorer les territoires, les mémoires et les savoirs.

Photo: L’Îlot des Palais Vue de l’exposition permanente «Révélations» de L’Îlot des Palais, à Québec

Tout juste sous la terrasse Dufferin se cache une crypte archéologique qui témoigne de ce que fut la résidence officielle et le siège du pouvoir des gouverneurs de 1620 à 1834 : le lieu historique national des Forts-et-Châteaux-Saint-Louis. La visite s’effectue à l’aide de dispositifs technologiques de pointe.

Si l’école des Ursulines existe encore aujourd’hui, c’est peut-être grâce à la petite révolution pédagogique qui a eu lieu en ses murs au XIXe siècle. En effet, l’établissement était bilingue et multiconfessionnel, et tous les champs d’études y étaient mis en valeur. L’exposition L’Académie des demoiselles présentée au Pôle culturel du Monastère des Ursulines raconte ce pensionnat parmi les plus prestigieux d’Amérique du Nord.

Près de 350 ans d’art s’exposent au Musée national des beaux-arts du Québec et, pour fêter son 85e anniversaire, le musée inaugure cinq nouvelles salles consacrées aux collections d’art ancien et moderne. Sont ainsi mises en valeur quelque 600 oeuvres d’artistes qui ont marqué l’histoire de l’art au Québec.

Le long de la grande voie d’eau…

Porte d’entrée de la Nouvelle-France, le Saint-Laurent a lui aussi toute une histoire à raconter. Le Musée de la Gaspésie nous parle de la mer et de ses bateaux. Le grand large, c’est l’histoire de la Gaspésie à travers quinze voiliers : drakkars vikings, canots de haute mer micmacs et gaspésiennes. De son côté, le Musée régional de Rimouski fait se côtoyer art contemporain et histoire régionale. C’est le même concept qui prévaut au Musée du Bas-Saint-Laurent, où l’on mêle volontiers art moderne et photographie ethnologique. On peut presque dire que c’est à Kamouraska qu’a été inventée la villégiature au Québec, et son Musée régional en rend compte dans l’exposition Prendre les eaux à Kamouraska.

... Et autres rivières

Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke met en avant les artistes de la région dans l’exposition Espaces et paysages. Des oeuvres traditionnelles, contemporaines ou actuelles imaginent les panoramas des Cantons-de-l’Est.

À Trois-Rivières, le Musée POP possède plus de 100 000 artefacts. Comme il est impossible de tout exposer, trois grandes vitrines proposent les trésors cachés de la collection. Une rotation régulière du contenu permet de découvrir un grand nombre de ces richesses.

À l’ouest cette fois, du côté de Gatineau, le Musée canadien de l’histoire retrace la grande histoire du Canada en dix-huit récits : des événements, des personnages et des courants historiques, tout ce qui a façonné le Canada de la préhistoire à aujourd’hui.

On traverse la rivière des Outaouais et on se retrouve à Ottawa aux portes du Musée des beaux-arts du Canada. Ici, les collections sont gigantesques, et de nombreuses expositions permanentes mettent en lumière leurs joyaux d’art canadien et autochtone.

À travers les expositions permanentes des musées, des siècles d’histoire nous contemplent…