Une cure contre la désinformation sur les réseaux sociaux

YouTube s’est engagé à ne plus verser de redevances liées à la publicité aux promoteurs des campagnes antivaccination. 
Photo: YouTube YouTube s’est engagé à ne plus verser de redevances liées à la publicité aux promoteurs des campagnes antivaccination. 

La décision de YouTube et de Pinterest de cesser de promouvoir les messages des campagnes antivaccination crée un précédent dans la responsabilisation des plateformes des médias sociaux. Elle a été accueillie favorablement par différents observateurs de la scène médiatique internationale.

Joe Schwarcz, directeur du McGill Office for Science and Society, un organisme qui se consacre à la pensée critique et à la communication scientifique, rappelle que les épidémies de rougeole que l’on observe actuellement dans le monde occidental sont directement liées à ces campagnes antivaccination, qui se fondent sur des peurs irrationnelles du public.

« Il y a plus de gens qu’on pense qui croient que la terre est plate », dit-il. Le mouvement des campagnes antivaccination a débuté à la fin des années 1980, explique-t-il, alors qu’Andrew Wakefield, ancien médecin britannique qui a perdu depuis son permis de pratiquer, s’est basé sur des études frauduleuses pour établir des liens entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme.

« Exilé aux États-Unis, Wakefield a ensuite prétendu que c’était l’industrie pharmaceutique qui lui avait fait perdre son permis », poursuit M. Schwarcz. La thèse sur le danger des vaccins a cependant été reprise, notamment par certaines vedettes d’Hollywood, dont la playmate et actrice Jenny McCarthy, ajoute la directrice du Centre d’étude sur les médias de l’Université Laval, Colette Brin.

Pour l’instant, on ne sait pas hors de tout doute qui tire les ficelles derrière les campagnes de désinformation, poursuit Mme Brin. Mais il est certain que les premiers intéressés par les enjeux de la vaccination sont de jeunes parents, en particulier de jeunes mères.

Quand on fait une recherche numérique sur la vaccination, on voit principalement des contenus antivaccination

Or ce sont, dit Mme Brin, des clientèles cibles pour des réseaux comme Pinterest. « Quand on fait une recherche numérique sur la vaccination, on voit principalement des contenus antivaccination », dit-elle.

Plaintes des annonceurs

Selon la BBC, YouTube aurait décidé d’intervenir après que des annonceurs se sont plaints que leur contenu côtoyait les vidéos antivaccination sur les réseaux. YouTube s’est alors engagé à ne plus verser de redevances liées à la publicité aux promoteurs des campagnes antivaccination. « Ils vont arrêter de leur donner de la visibilité », dit Mme Brin. Cela peut être fait par une intervention dans les algorithmes de la plateforme.

Il est très rare que des plateformes comme YouTube et Pinterest décident de bloquer un compte de la circulation virtuelle.

« Ce sont des incidents inédits, dit Mme Brin. Le seul cas auquel je peux penser est celui d’Alex Jones, le fameux conspirationniste qui disait que la tuerie dans l’école primaire Sandy Hook, au Connecticut, n’avait jamais eu lieu, et que c’était un complot ourdi par des parents militant contre les armes à feu », dit Mme Brin. « Il y a eu quelques comptes très toxiques qui ont été barrés de Twitter », ajoute-t-elle.

Le cas de la campagne antivaccination est différent. « C’est une campagne plus occulte. On n’en connaît pas les origines », dit-elle.

Pour Mme Brin, il est « très encourageant » que les plateformes assument leurs responsabilités dans un dossier comme celui-là, même si le mal est peut-être déjà fait en ce qui a trait aux campagnes antivaccination. « Mais il y a la question du précédent », dit-elle. Cette intervention des plateformes pourrait ouvrir la porte à des pressions politiques pour exercer une certaine censure. « Pour eux, il peut y avoir un risque qu’on leur demande à nouveau autre chose sur des questions moins urgentes », dit-elle.

Dans les cas de pornographie juvénile, par exemple, les plateformes ont la responsabilité d’intervenir en amont de la diffusion, puisqu’elles peuvent être considérées comme responsables si ces contenus-là sont diffusés.

Lors de campagnes électorales, « c’est très délicat de donner un avantage à un parti ou à un autre. [Les plateformes] ne veulent pas être tenues responsables d’avoir fait ou défait un gouvernement », dit Mme Brin.

Populisme politique

Une étude dont fait mention The Guardian établit « des preuves anecdotiques » qu’il y a un lien entre la montée du populisme politique en Europe et les hésitations à faire vacciner ses enfants. Selon l’étude du European Journal of Public Health, l’hésitation à vacciner et le populisme politique suivent la même dynamique : une profonde méfiance envers les experts et les élites. En décembre dernier, le Guardian mettait en lumière le lien géographique entre les campagnes antivaccination et la montée de la droite en Europe, notamment en France, en Grèce et en Italie.