Jongler sur du Fiori ou du Shakespeare

La compagnie Flip Fabrique présente «Le songe d’une nuit d’été» à la Tohu, du 30 janvier au 10 février. On y retrouvera «un Shakespeare bouffon, rocambolesque et athlétique».
Photo: Stéphane Bourgeois La compagnie Flip Fabrique présente «Le songe d’une nuit d’été» à la Tohu, du 30 janvier au 10 février. On y retrouvera «un Shakespeare bouffon, rocambolesque et athlétique».

Il devient courant, dans le monde du cirque, d’utiliser le répertoire d’un artiste musical pour élaborer un spectacle sur son œuvre. C’est ce que fera à partir du mois de mars le Cirque Éloize avec Seul Ensemble, inspiré des chansons du défunt groupe Harmonium. Le leader d’Harmonium, Serge Fiori, a lui-même revisité son répertoire, en compagnie de Louis-Jean Cormier et d’Alex McMahon, pour créer la trame sonore du show. Le spectacle, qui sera présenté au théâtre Saint-Denis, à Montréal, puis au Capitole de Québec, regroupera 20 artistes, dont 5 danseurs et 15 acrobates.

On peut s’attendre à y entendre à la fois les grands classiques du groupe Harmonium, certains opus du duo Fiori-Séguin, ainsi que des chansons plus récentes de Serge Fiori. Le tout devrait tourner autour du concept du tout premier disque d’Harmonium, Un musicien parmi tant d’autres, dont Fiori avait signé la musique et les paroles. Le spectacle sera présenté à partir du 6 mars à Montréal, puis à partir du 20 juin à Québec.

Beaucoup plus tôt, soit du 30 janvier au 10 février, la compagnie Flip Fabrique présente Le songe d’une nuit d’été à la Tohu de Montréal, en collaboration avec le Théâtre Le Trident, dans une mise en scène d’Olivier Normand. On y retrouvera, promet-on, « un Shakespeare bouffon, rocambolesque et athlétique ».

Du 11 au 16 février, à La Chapelle scènes contemporaines, la Compagnie de l’Immédiat présente L’homme de Hus, un spectacle « burlesque où les actes les plus simples se compliquent à l’extrême », dit-on. Du 20 février au 2 mars, la Tohu, qui célèbre ses 15 ans cette année, renouvelle la formule des coups de cœur, où elle présente, sous forme de gala, la crème des artistes et des numéros circassiens.

Du 28 au 30 mars, Les Improduits reviennent avec leur tournoi de l’Impro-cirque. Durant la semaine de relâche, début mars, la Tohu ouvre grandes ses portes avec diverses activités pour tous les publics.

 
Photo: Sylvain Guitz Du 20 au 22 avril, à la Tohu, les jeunes de 5 à 12 ans sont invités à voir «Le bibliothécaire», de la compagnie Le Gros Orteil. C’est l’artiste multidisciplinaire Hippolyte qui y incarne le personnage de Paul-Émile Dumoulin.

De son côté, le Cirque du Soleil reprend l’un de ses grands classiques, Alegría, 14 millions de spectateurs plus tard, en version revisitée. L’équipe de conception du nouveau spectacle est composée à la fois des créateurs originaux de l’œuvre et de nouveaux venus. C’est le directeur de création Daniel Ross qui les guidera, et la mise en scène sera signée Jean-Guy Legault. Le spectacle débutera le 18 avril sur les quais du Vieux-Port de Montréal.

Du 20 au 22 avril, à la Tohu, les jeunes de 5 à 12 ans sont invités à voir Le bibliothécaire, de la compagnie Le Gros Orteil. C’est l’artiste multidisciplinaire Hippolyte qui y incarne le personnage de Paul-Émile Dumoulin, bibliothécaire et bibliophile.

À la Maison de la culture Mercier, à partir du 21 février, on peut aussi voir une exposition de photos d’artistes circassiens en pleine action, prises par Benoît Z. Leroux. Les plus jeunes pourront aussi aller voir le spectacle Ripopée, présenté le 5 mars, à la Maison de la culture de Verdun, où encore le spectacle M. Gazon, à la Maison de la culture Mercier, le 27 avril.