Culture: nos cinq articles les plus lus de 2018

En culture, l’année 2018 aura été marquée par la controverse «SL?V», mais des sujets un peu moins litigieux ont aussi attiré l’attention.
Photo: Valérian Mazataud Archives Le Devoir En culture, l’année 2018 aura été marquée par la controverse «SL?V», mais des sujets un peu moins litigieux ont aussi attiré l’attention.

En culture, l’année 2018 aura été marquée par la controverse SLĀV, mais des sujets un peu moins litigieux ont aussi attiré l’attention des lecteurs du Devoir. Palmarès.

5e position: Les pianos maudits de l’Université de Montréal

L’année 2018 a compté plusieurs fausses notes pour la Faculté de musique de l’Université de Montréal... Deux précieux pianos, sélectionnés avec grand soin, n’ont pas survécu à leur livraison, au grand désespoir des musiciens et de nos lecteurs.

4e position: L’indignation aura eu raison du spectacle SLĀV

La première du spectacle SLĀV, racontant l’histoire de l’esclavage par le chant, a été le théâtre d’une manifestation hors du commun à la fin de juin, lançant un débat plutôt vif — une controverse, n’ayons pas peur des mots — sur le racisme et l’appropriation culturelle, mais aussi sur la liberté d’expression et le rôle de l’art. Un débat qui a abouti à l’annulation du spectacle.

3e position: Nouvelle infestation de punaises de lit à la Grande Bibliothèque

Une préoccupation bien terre-à-terre pour un temple du livre : des punaises de lit. À la mi-juillet, Bibliothèque et Archives nationales du Québec a dû fermer plusieurs sections de la Grande Bibliothèque pour se débarrasser de ces petits parasites. Une première qui a marqué les esprits.

2e position: Jouer dans SLĀV était une responsabilité, dit une actrice

L’annulation du spectacle SLĀV a marqué l’actualité du mois de juillet, allant bien au-delà de la sphère culturelle. Alors que la controverse battait son plein, l’actrice Kattia Thony, elle-même noire et d’origine haïtienne, est montée au front pour défendre sa présence dans la pièce, et nombreux ont été ceux qui ont voulu connaître son point de vue.

1re position: Un Bye Bye 2017 mordant et une spéciale d’Infoman qui vise juste

Sans surprise, c’est le classique examen des émissions de fin d’année, servi par notre critique Manon Dumais, qui a remporté la palme de la popularité en 2018. Elle y saluait d’ailleurs le ton « baveux et mordant » du Bye Bye 2017, tout comme le rythme efficace d’Infoman. La mouture 2018 sera-t-elle à la hauteur ?