«Street Art»: partout sur les murs des villes

<p>Ce tour du monde se veut donc un survol où l’on propose pour chaque ville ou chaque grand festival quelques lieux emblématiques.</p>
Photo: Lonely Planet

Ce tour du monde se veut donc un survol où l’on propose pour chaque ville ou chaque grand festival quelques lieux emblématiques.

Quelle grande ville ne compte pas aujourd’hui son circuit de street art ? Lonely Planet en recense 42, de Lisbonne à Chicago et de Barcelone à Istanbul.

Après l’essor des tags dans les années 1980 et l’avènement de la peinture au pochoir, explique en introduction l’auteur Ed Bartlett, le street art connaît ces dernières années une véritable explosion, en parallèle avec la prolifération des appareils photo numériques et le rôle joué par les médias sociaux.

Il est maintenant courant que soient proposés des circuits touristiques autour de cet art urbain. « Des gens voyagent dans le but spécifique de vivre cette expérience, ajoute Bartlett, ce qui signifie souvent rencontrer les artistes et observer leur travail, un privilège rare dans la sphère des arts plastiques. »

Tout en convenant qu’il faudra un jour étudier le rôle « de plus en plus évident » du street art sur la gentrification urbaine, l’auteur demeure enthousiaste puisque cela « demeure une forme d’expression relativement jeune et encore en pleine évolution », alors que la majorité de ses représentants « continuent de former une communauté underground solide ».

Ce tour du monde se veut donc un survol où l’on propose pour chaque ville ou chaque grand festival quelques lieux emblématiques. Montréal y est mentionnée pour son Festival Mural, mais on apprendra qu’il existe aussi de grands festivals d’art urbain à Hong-Kong, à New Delhi, à Perth en Australie… et à Stavanger en Norvège, où le festival Nuart, créé en 2001, est considéré comme l’ancêtre de tous.

Un bel ouvrage grand public, et on apprécie particulièrement les petites entrevues avec quelques artistes qui expliquent leur travail et leur philosophie, tel le duo Faile de Brooklyn, la Sud-Africaine Faith47, le Portugais Vhils ou le Français Blek le Rat, qui n’hésite pas à déclarer que le street art est « le plus grand mouvement artistique de tous les temps ! ».
 

Street Art

★★★★

Ed Bartlett, Lonely Planet, Singapour, 2018, 224 pages