La pinte de lait géante de Montréal sera déplacée

L’imposante bouteille d’acier haute de 9,1 m a été construite dans les années 1930.
Photo: Calvin411 Wikimedia Commons L’imposante bouteille d’acier haute de 9,1 m a été construite dans les années 1930.

La pinte de lait géante qui surplombe l’ancienne laiterie Guaranteed Pure Milk au centre-ville de Montréal sera déplacée en raison de la construction d’une tour résidentielle d’une quarantaine d’étages sur le site. Mais la pinte n’ira pas loin, car elle sera réinstallée sur le même lot, plus près de la rue Lucien-L’Allier.

Le conseil d’arrondissement de Ville-Marie devra se prononcer, mercredi soir, sur une résolution autorisant la construction d’un immeuble résidentiel d’une hauteur de 128 m au 1025, rue Lucien-L’Allier, au sud du boulevard René-Lévesque. Le projet prévoit la préservation d’une partie du bâtiment actuel datant de 1931, soit la façade donnant sur la rue Lucien-L’Allier, et la façade latérale qui, à terme, longera un passage piétonnier traversant le lot.

Les documents fournis aux élus s’attardent davantage aux aspects réglementaires du projet qu’à sa description architecturale. La Ville de Montréal prévoit la conservation et la restauration des deux façades de l’ancienne laiterie, mais la tour devra présenter un retrait de 9 m par rapport à la rue Lucien-L’Allier. La pinte sera relocalisée plus près de cette artère « afin de favoriser sa visibilité ». Si la structure supportant la pinte ne peut être conservée, elle devra être reproduite conformément à son aspect d’origine, précise-t-on.

La pinte est devenue un personnage de Montréal. Maintenant, que va-t-il se passer ?

Une assemblée publique sera tenue avant que la résolution soit soumise à une deuxième lecture. La description très sommaire du projet préoccupe Dinu Bumbaru, directeur des politiques à Héritage Montréal. Il y a neuf ans, Héritage Montréal, avec l’aide de partenaires privés, avait sauvé la pinte de lait géante, rongée par la rouille. Restaurée et repeinte, la pinte est devenue une icône du paysage montréalais.

« La pinte est devenue un personnage de Montréal. Maintenant, que va-t-il se passer ? » se demande Dinu Bumbaru. « Quelles vont être les conditions de sa préservation ? Sera-t-elle complètement enclavée ? Quand on marche sur la rue de la Gauchetière, va-t-on la voir encore ? »

Beaucoup de questions demeurent sans réponses. Selon M. Bumbaru, il importe aussi de conserver la pinte sur son site actuel et de ne pas l’installer dans un autre quartier. Le Devoir a tenté d’obtenir davantage d’informations auprès de la Ville mardi, mais sans succès.

L’imposante bouteille d’acier haute de 9,1 m a été construite dans les années 1930 afin de rassurer les consommateurs encore ébranlés par une épidémie de mortalité infantile liée aux piètres conditions de conservation du lait de l’époque.

Dans les années 2000, l’immeuble sur lequel est posée la pinte devait loger la phase III de la Cité du commerce électronique, mais le projet a été abandonné. Aujourd’hui, l’immeuble appartient à I.G. Investment Management.