Le déséquilibre de la représentation dans le milieu artistique

La danse est une discipline marquée par un déséquilibre dans la représentation des sexes, car 86% des danseurs sont des femmes.
Photo: Elkor Getty Images La danse est une discipline marquée par un déséquilibre dans la représentation des sexes, car 86% des danseurs sont des femmes.

Le Conseil des arts de l’Ontario a dévoilé mercredi les résultats d’une recherche qui synthétise celles faites entre 2010 et 2018 sur la « Situation des femmes dans les industries culturelles et artistiques au Canada ». L’analyse devait se concentrer essentiellement sur le paysage ontarien, mais le peu de données disponibles pour la province fait que le portrait semble autant national. S’appuyant surtout sur des rapports déjà connus de Hills Strategies, l’analyse fait constat, sans apporter de nouvelles connaissances.

On y souligne entre autres la disparité de pouvoir. « Les femmes sont bien représentées dans les rôles de leadership administratif dans les milieux des arts visuels, de l’édition et du théâtre, ainsi qu’au palier supérieur des orchestres canadiens », peut-on lire dans les faits saillants. « Les rôles de direction des organismes et de direction administrative dans l’industrie de la musique sont dominés par des hommes. Il y a une absence notable de données sur le leadership administratif dans les secteurs de la radiodiffusion, de la production cinématographique et télévisuelle, du secteur des médias numériques interactifs et de la danse. Les femmes sont gravement sous-représentées dans les principaux rôles de leadership artistique dans les arts médiatiques/sur écran, le théâtre et la musique. Par contre, les principaux rôles de leadership dans les arts visuels et l’édition, comme les commissaires et les rédacteurs, sont dominés par les femmes. »

Art de femmes, art d’hommes

On y voit aussi, pour un Ontario ici représentatif, que quatre groupes de disciplines ont un déséquilibre marqué dans la représentation des sexes : les danseurs (86 % de femmes), les artisans (61 % de femmes) ; les producteurs, réalisateurs et chorégraphes (33 % de femmes) ; et les chefs d’orchestre, compositeurs, et arrangeurs (35 % de femmes). Seuls les musiciens et chanteurs ont une répartition paritaire. Et il y a équilibre chez les autres artistes de la scène (53 % de femmes), les artistes visuels (54 % de femmes), les auteurs et écrivains (54 % de femmes), et les acteurs et comédiens (46 % de femmes).

33%
C’est le pourcentage de femmes productrices, réalisatrices et chorégraphes.

L’analyse note à nouveau la différence de rémunération entre les femmes et les hommes, à l’avantage de ces derniers. Également, que l’absence de parité ne peut être expliquée par la formation ou la compétence, le niveau d’études des femmes étant aussi élevé que celui des hommes.