Le trésor que Mies a légué à L’Île-des-Soeurs

Bâtie en 1968, la station de la rue Berlioz se démarque par son toit flottant qui relie les édicules occupés par le garage et par le bureau. Convertie en centre communautaire en 2012, elle a été débarrassée des éléments propres à une station-service pour faire ressortir ses «qualités profondément miessiennes».
Photo: Catherine Legault Le Devoir Bâtie en 1968, la station de la rue Berlioz se démarque par son toit flottant qui relie les édicules occupés par le garage et par le bureau. Convertie en centre communautaire en 2012, elle a été débarrassée des éléments propres à une station-service pour faire ressortir ses «qualités profondément miessiennes».

Si Chicago possède 45 bâtiments de Ludwig Mies van der Rohe et New York, le Seagram Building, qualifié en 1999 de plus important édifice du millénaire, Montréal peut se vanter d’abriter, outre les tours du Westmount Square et du 201 rue Corot, à L’Île-des-Soeurs, une curiosité conçue par l’architecte du « Less is more » : une station-service, aujourd’hui « immeuble patrimonial cité ». Troisième texte d’une série estivale sur des bâtiments phares de la métropole.

Située à quelques pas de la tour de la rue Corot, la station-service de L’Île-des-Soeurs attribuée à Mies van der Rohe a été, dès sa livraison en 1968, une affaire inusitée. Un demi-siècle plus tard, elle l’est encore. De sa raison d’origine, il ne reste que le nom. « La Station » est aujourd’hui un centre communautaire, né en 2012 d’une restauration exécutée par la firme montréalaise FABG.

France Vanlaethem, experte du patrimoine moderne, n’hésite pas une seconde : l’endroit revêt, malgré la nouvelle vocation, un grand intérêt. « Sa valeur patrimoniale fondamentale, c’est qu’il s’agit d’une oeuvre de Mies. Et dans l’oeuvre de Mies, elle est la seule station-service. »

Bâtie en 1968, la station de la rue Berlioz se démarque par son toit flottant qui relie les édicules occupés par le garage et par le bureau (devenu lave-auto en 1996), ainsi que par le raffinement de ses détails et la sobriété de l’ensemble. Même l’enseigne de la compagnie propriétaire ne domine pas du haut des airs.

La transparence si caractéristique à Mies accentue la continuité entre les espaces intérieurs et extérieurs, déjà manifeste dans la structure noire en acier qui soutient le toit. La station-service est un bel exemple de projet dit intégré, dans lequel même le mobilier, y compris ici l’enseigne et les pompes, fait partie du programme architectural.

« C’est une architecture simple sur le plan du langage et des types. Un des défis au XIXe et au XXe siècle, rappelle France Vanlaethem, aura été de mettre en forme les nouvelles fonctions de la ville. Les architectes ont été amenés à réinventer. La station-service, ils en ont fait un artefact publicitaire. Mies, lui, a intégré l’enseigne. Elle est secondaire. »

« Généralement, poursuit la chercheuse de l’UQAM, la station-service consiste en un bâtiment devant lequel on circule. Un bâtiment avec les pompes devant lui. Ici, on pénètre dans le bâtiment. »

Fin de service

Photo: Catherine Legault Le Devoir La transparence si caractéristique à Mies accentue la continuité entre les espaces intérieurs et extérieurs, déjà manifeste dans la structure noire en acier qui soutient le toit.

Sur place, France Vanlaethem cache mal sa déception : depuis la conversion, tout est davantage vitré. Si l’endroit a gagné en transparence, il a perdu l’effet de profondeur qui le liait à la rue. « C’était une profondeur plus urbaine, une profondeur de champ, comme au cinéma », avance-t-elle.

Pragmatique, elle accepte néanmoins le sort du site. Pouvait-il en être autrement depuis que la vente de la station par Esso a mené en 2008 à la fin du service automobile ?

La station de L’Île-des-Soeurs pose « tout le problème de la réutilisation ». « Ou alors on en fait une pièce de musée. Mais elle n’est pas représentative des stations-service. Elle est unique », insiste la cofondatrice de Docomomo Québec, organisme voué à la défense du patrimoine depuis les années 1990, alors que des actions ont été entamées pour protéger le Westmount Square.

Dès 2005, France Vanlaethem prônait le maintien intégral du bâtiment dans un rapport rédigé pour la Ville de Montréal.

« Si la station-service perdait l’usage pour lequel elle fut conçue, le recyclage devrait maintenir les qualités architecturales du bâtiment », écrivait-elle.

Vide puissant

Choisie selon le principe du plus bas soumissionnaire — et non après concoursd’idées —, la proposition de FABG a misé sur une conversion qui rejetait les éléments communs à une station d’essence. Libéré en quelque sorte, l’architecte Éric Gauthier a exploité une « sorte de vide puissant », dit-il, pour mieux faire ressortir les « qualités profondément miessiennes ».

La station-service appartient au type pavillon, un des deux axes pratiqués par Mies van der Rohe — l’autre, le vertical, a donné les Seagram et Westmount Square.

Le chef-d’oeuvre du genre horizontal est le Pavillon allemand de Barcelone. Démantelé à la fin de l’Exposition universelle de 1929, le bâtiment en verre, en acier et en marbre a été reconstruit à l’identique en 1986 tant il est considéré comme une pièce clé de l’architecture moderne.

 

« L’originalité des matériaux de Mies van der Rohe ne tient pas dans la nouveauté de ceux-ci, mais bien dans l’idéal de modernité que représentent la rigueur de leur géométrie, la précision des pièces et la clarté de leur assemblage », lit-on dans le résumé qu’en fait la fondation catalane vouée à l’oeuvre de l’architecte.

« Notre travail aura été de faire plus Mies que Mies, c’est-à-dire de dégager ce qui est essentiel », dit Éric Gauthier, qui admet néanmoins qu’accentuer la transparence de la station-service aura été un « geste risqué ».

Héritage moderne

Éric Gauthier est de la génération d’architectes qui a bénéficié de ce qu’il désigne la « redécouverte de Mies », survenue après le règne du post-modernisme, celui des années 1990 marquées par une ornementation exubérante. Tout le contraire du style de Mies van der Rohe, de la pureté de ses lignes, de la visibilité des matériaux industriels, de la transparence.

Les années 2000 coïncident avec une nouvelle appréciation de l’héritage moderne. La station de L’Île-des-Soeurs, sorte de trésor oublié, en tire profit, elle qui est l’objet vedette d’Ordinaire ou super, documentaire que deux Montréalais consacrent à l’architecte d’origine allemande.

Éric Gauthier est miessien dans l’âme — FABG conçoit en 2008 un centre communautaire à Pierrefonds digne des pavillons horizontaux du dernier directeur de l’école du Bauhaus. Pourtant, il ne chérit pas la station-service. Il n’hésite pas à la qualifier d’oeuvre secondaire, réalisée davantage par les associés Joe Fujikawa et Gerry Johnson que par Mies, déjà vieillissant.

« Dans les livres sur Mies, on n’en parle même pas », signale l’architecte montréalais.

Selon l’architecte montréalais expert en restaurations (la Biosphère et le théâtre de Quat’Sous, par exemple), il ne fallait pas chercher à conserver « la vérité historique » de l’ancienne station-service. Le recyclage demandait une relecture du site, appelait une « part interprétative » visant à faire ressortir les qualités esthétiques du bâtiment. D’où le choix de faire plus Mies que Mies et d’insister à ce point sur la transparence de l’architecture.

5 moments clés

1967-1968 — Construction de la station
2004 — Sortie du documentaire Ordinaire ou super, de Patrick Demers et Joseph Hillel
2005 — Rapport du Comité du patrimoine de la Ville de Montréal
2008 — Fermeture de la station-service
2012 — Inauguration de La Station, centre intergénérationnel