Un autre cas «SLĀV» pour Robert Lepage?

Le Théâtre du Soleil à Paris proposera une relecture de l’histoire du Canada.
Photo: David Leclerc Le Théâtre du Soleil à Paris proposera une relecture de l’histoire du Canada.

La controverse qui a entouré le spectacle SLĀV pourrait aussi toucher la production Kanata — un autre projet de Robert Lepage. Une vingtaine de personnalités autochtones dénoncent en effet l’absence prévue de comédiens issus de leurs nations parmi les 34 artistes qui seront de l’affiche de cette relecture de « l’histoire du Canada à travers le prisme des rapports entre Blancs et Autochtones ».

« Nous comprenons que l’aventure se passera sans nous, encore une fois », écrivent les auteurs d’une lettre ouverte acheminée au Devoir. « Il nous semble que c’est une répétition de l’histoire. De tels agissements nous laissent un certain sentiment de déjà-vu. »

La plupart des signataires sont des artistes, mais le collectif inclut aussi des communicateurs, des universitaires et le directeur artistique du festival Présence autochtone (André Dudemaine). Une dizaine d’« alliés » non autochtones ont également signé le document.

Celui-ci a été rédigé en réponse aux propos d’Ariane Mnouchkine dans Le Devoir de mercredi : l’animatrice du célèbre Théâtre du Soleil à Paris (où Kanata sera d’abord présenté) expliquait la démarche du spectacle et précisait notamment qu’aucun comédien nord-américain ne sera de la distribution.

Plusieurs Autochtones ont néanmoins été consultés pour documenter le spectacle.

Des témoignages vidéo de membres des Premières Nations seront aussi intégrés au spectacle, a précisé Ex Machina (la compagnie de Robert Lepage) au Devoir vendredi.

Semblable à SLĀV

Ariane Mnouchkine disait en entretien que « le théâtre a besoin de distance, de transformation », et illustrait qu’un acteur n’a pas à être Danois pour jouer Hamlet (un prince danois dans l’oeuvre de Shakespeare).

Ce choix artistique reflète l’esprit de celui fait par Robert Lepage et Betty Bonifassi pour SLĀV.

Photo: David Leclerc Avec l’ambition de raconter « l’histoire du Canada à travers le prisme des rapports entre Blancs et Autochtones », le Théâtre du Soleil abordera notamment le drame des pensionnats religieux autochtones.

Cette « odyssée théâtrale à travers les chants d’esclaves » a soulevé une vive polémique durant le Festival international de jazz de Montréal, montrée du doigt pour sa manière de faire de l’appropriation culturelle et pour sa distribution majoritairement blanche. La plupart des représentations ont été annulées à cause d’une blessure de Betty Bonifassi, et parce qu’il y avait des craintes liées à la sécurité.

Les auteurs rappellent que dans sa réaction à ces événements, Robert Lepage a « affirmé que d’incarner un personnage implique de pouvoir jouer une autre identité, voire un autre genre. Oui, c’est vrai. Mais cette incarnation s’inscrit dans un contexte social et historique », forcément délicat lorsqu’il s’agit de l’histoire des Autochtones au pays (ou de celle de l’esclavage).

Kanata abordera entre autres la question des pensionnats autochtones et des meurtres de femmes autochtones.

Se raconter soi-même

Les auteurs rappellent également l’importance que les premiers concernés par l’histoire autochtone puissent faire entendre leur voix lorsque celle-ci est mise en scène d’une manière ou d’une autre. Ce qui est rarement le cas, soutiennent-ils — un écho direct à ce que la communauté afro-montréalaise a soulevé comme enjeu autour de SLĀV.

Peut-être sommes-nous saturés d’entendre les autres raconter notre histoire ?

« Mme Mnouchkine n’est pas la première à raconter l’histoire des relations entre les Autochtones et les peuples qui ont colonisé l’Amérique », disent les auteurs en énumérant le travail des marins, des aventuriers, des prêtres, des libres penseurs des Lumières, des anthropologues…

« Peut-être sommes-nous saturés d’entendre les autres raconter notre histoire ? »

« L’un des grands problèmes que nous avons au Canada, c’est d’arriver à nous faire respecter au quotidien par la majorité, parfois tricotée très serrée, même dans le milieu artistique, disent-ils. Notre invisibilité dans l’espace public, sur la scène, ne nous aide pas. Et cette invisibilité, Mme Mnouchkine et M. Lepage ne semblent pas en tenir compte. »

« La mouvance des Autochtones au cours des dernières années a démontré que c’était une erreur de nous effacer de l’espace public », ajoutent-ils.

Manque de respect

Joint vendredi après-midi, Dave Jeniss — un des signataires de la lettre — soutenait qu’il « est important de poser ces questionnements dès maintenant ». « Je ne remets pas en doute le bon vouloir de Robert Lepage ou d’Ariane Mnouchkine, dit le directeur artistique de la troupe de théâtre Ondinnok. Mais je trouve que [ne pas avoir de comédien autochtone dans Kanata est] un flagrant manque de respect envers ce qui s’est passé et les répercussions que ça a eues. »

« Ça fait 400 ans que c’est l’homme blanc qui raconte notre histoire, et là, on se retrouve encore au service » d’une vision de non-Autochtones, dit-il en faisant référence au rôle des consultants autochtones sur la production.

M. Jeniss affirme que cette sortie autour de Kanata se serait faite même sans l’épisode SLĀV. « Ça fait un an que je suis au courant [de l’absence d’Autochtones dans la distribution]. La réflexion est entamée depuis longtemps. »

Financement

Dans leur missive, les signataires soulèvent aussi des questions sur le rôle du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et du Conseil des arts du Canada (CAC) dans le financement de ce type de production. « Nous nous interrogeons sur l’efficacité des mécanismes de contrôle d’utilisation de ces subventions. Nos artistes sont de plus en plus nombreux et eux trouvent difficilement les fonds nécessaires pour faire briller à juste titre leurs talents et leurs oeuvres. »

Dans la foulée de SLĀV, les deux conseils (qui n’ont pas fourni de financement spécifique pour Kanata) ont indiqué être à l’affût du débat soulevé. Il « alimente les réflexions [qui] guideront certainement nos prochaines actions en tant qu’organisme de financement public », a dit le CALQ. Le CAC s’est pour sa part engagé à « appuyer les pratiques exemplaires pour promouvoir la diversité, l’inclusion et l’équité ».

Robert Lepage n’était pas disponible pour offrir ses commentaires vendredi. Le Théâtre du Soleil n’a quant à lui pas pu être joint.