Gravity & Other Myths et Company 2: le cirque des antipodes

La Company 2, qui présentera son spectacle «Scotch and Soda» à Complètement cirque, a été fondée par deux anciens de la compagnie Circa.
Photo: Jose Cardona La Company 2, qui présentera son spectacle «Scotch and Soda» à Complètement cirque, a été fondée par deux anciens de la compagnie Circa.

Ils sont aux antipodes, mais ils partagent avec nous davantage de ressemblances qu’on ne le pense. Dans le domaine du cirque, en particulier, les compagnies australiennes sont de plus en plus nombreuses à venir présenter leurs spectacles sur nos côtes.

Cette année, le festival Montréal complètement cirque accueille de nouveau deux compagnies australiennes dans ses salles. Company 2, qui présente cette année son spectacle Scotch and Soda, a été fondée par deux anciens de la compagnie Circa, qui s’est produite plusieurs fois au Québec, David Carberry et Chelsea McGuffin.

« Lorsque j’ai commencé, la compagnie Circa s’appelait Rock’n’Roll Circus, raconte David Carberry en entrevue téléphonique. Plus tard, Chelsea et moi avons fondé notre propre compagnie. »

Company 2 emploie désormais quelque vingt-cinq artistes et présente des spectacles un peu partout dans le monde.

Leur spectacle Scotch and Soda propose un mélange de musique sur scène et de performance circassienne. Cinq musiciens et cinq acrobates y partageront l’affiche. On y entendra notamment du jazz de La Nouvelle-Orléans.

« Nous pourrions dire que c’est un cirque néotraditionnel, dit David Carberry. Nous voulons vraiment montrer des musiciens sur scène. Souvent, lors de spectacles de cirque, les musiciens sont à l’arrière-plan. » On pourra voir sur scène une batterie, des saxophones, des clarinettes, trompettes, un piano, une guitare, et un « diddlew bow ». Diddlew bow se traduit en français par « arc de diddley ». C’est un instrument à une corde qu’on associe au blues des Noirs américains. Les artistes de cirque, pour leur, part, déploieront différents numéros, dont des numéros de trapèzes et de bicyclette artistique. Il y aura aussi un peu de danse swing. Le tout est présenté au théâtre Saint-Denis.

L’autre troupe australienne de cirque contemporain Gravity & Other Myths en est pour sa part à sa quatrième visite à Montréal. Elle présente cette année Backbone, un spectacle moins intimiste que ses précédents, qui prend l’affiche à la TOHU.

« Backbone est une réflexion sur la force, dit Jascha Boyce, de la compagnie. La force physique, mais aussi la force émotionnelle, la force individuelle et la force du groupe. » Les dix acrobates de la troupe seront accompagnés de deux musiciens sur scène, un percussionniste et un violoniste qui joue aussi du clavier. « La musique a été créée tout au long du processus de création. C’est une musique assez éclectique, mais qui a été composée expressément pour cette oeuvre », dit-elle.

Gravity & Other Myths aime explorer l’effort fait par les artistes pour parvenir à présenter leur numéro. La compagnie exhibe leurs forces comme leurs faiblesses, et le public les accompagne ainsi dans le processus de création. « C’est du théâtre physique », dit Jascha Boyce.

Gravity & Other Myths a été initialement formée d’un groupe de jeunes artistes circassiens qui étudiaient le cirque ensemble depuis l’âge de 9 ans. Ils ont maintenant entre 21 et 31 ans. Cinq des membres actuels de la compagnie font partie du noyau fondateur.

« La communauté circassienne australienne est tricotée serrée, poursuit Jascha Boyce. Nous nous croisons très souvent. »

David Carberry ajoute que le cirque est bien ancré dans la culture australienne. Le cirque Joseph Ashton, qu’on appelle le Ashton Circus, est le cirque familial le plus ancien d’Australie. Fondé en 1847, il a été transmis de génération en génération dans la famille Ashton. Michelle et Joseph Ashton, avec leurs fils Jordan et Merrick, représentent présentement la sixième génération à le diriger.

L’Australie abrite également le cirque Oz, fondé en 1977, qui intègre la satire, le théâtre populaire et le rock’n’roll. Le cirque revendique également des valeurs de justice sociale, défendant tour à tour les aborigènes australiens, les demandeurs d’asile et les droits des femmes. La troupe compose des spectacles avec une douzaine d’artistes multidisciplinaires.

Pour la directrice artistique du festival Montréal complètement cirque, il est clair que les troupes australiennes représentent des compagnies phares du festival. Les délégations australiennes offrent des prestations très variées, allant du cabaret au spectacle de cirque contemporain plus pointu.

Backbone / Scotch and Soda

Gravity and other myths. La Tohu, du 5 au 14 juillet. / Company 2. Théâtre Saint-Denis, du 10 au 21 juillet.