Ottawa tend la main aux créateurs canadiens

Lors de l'annonce, la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, n’a pas raté l’occasion de diriger quelques flèches bien senties au précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Lors de l'annonce, la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, n’a pas raté l’occasion de diriger quelques flèches bien senties au précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper.

Ottawa délie les cordons de la bourse afin d’accroître le rayonnement des créateurs canadiens de toutes les disciplines à travers le monde.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a annoncé mardi à Montréal des investissements totalisant 25 millions de dollars par année durant cinq ans pour soutenir ce qui sera dorénavant connu sous le nom de Stratégie d’exportation créative.

Le choix de l’expression témoigne de la volonté d’élargir le financement afin de tenir compte des réalités du 21e siècle.

Au-delà des traditionnels secteurs culturels des arts de la scène, des arts visuels, de la musique, du livre, du cinéma et de la télévision, notamment, le soutien est élargi aux jeux vidéo, au design, à la réalité virtuelle et à la mode.

La stratégie prévoit la création d’un nouveau programme, Exportation créative Canada, doté d’une enveloppe annuelle de 7 millions, qui servira aux entreprises et organisations oeuvrant dans le domaine de la création qui cherchent des débouchés pour leurs produits à l’étranger.

Le gros de cette somme, soit les 18 millions restants, viendra d’une part bonifier les budgets d’exportation des programmes existants, en l’occurrence le Fonds du Canada pour la présentation des arts, le Fonds du livre du Canada, le Fonds de la musique du Canada, le Fonds du Canada pour les périodiques et Téléfilm Canada.

Représentations à l’étranger

D’autre part, une portion sera aussi confiée à différents consulats et ambassades pour fournir aux créateurs des données sur les marchés d’exportation dans leurs pays respectifs.

Mélanie Joly n’a pas raté l’occasion de diriger quelques flèches bien senties au précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper, qui, en 2008, avait notamment aboli le programme PromArt, dont le budget de 9 millions était consacré à l’exportation des produits culturels canadiens, ainsi que le programme Routes commerciales et son enveloppe de 4,7 millions destinée au soutien des artistes canadiens à l’étranger.

Selon les chiffres fournis par Patrimoine Canada, les exportations de produits culturels canadiens ont atteint 16 milliards en 2016, ce qui représente 2,5 % de l’ensemble des exportations canadiennes.

Au Canada, le secteur des arts et de la culture représente plus de 630 000 emplois directs, et sa contribution au produit intérieur brut atteint 2,8 %.