L’hommage à Cohen vire à l’échec financier

L’hommage rendu à Leonard Cohen, tel qu’imaginé par son fils Adam, a été un succès artistique, mais un échec financier.
Photo: Adam Cohen L’hommage rendu à Leonard Cohen, tel qu’imaginé par son fils Adam, a été un succès artistique, mais un échec financier.

Le grand spectacle hommage organisé au Centre Bell pour le premier anniversaire du décès de Leonard Cohen s’est conclu par un déficit de près d’un million de dollars, a appris Le Devoir. Ainsi, les trois Conseils des arts qui devaient se partager les profits de l’événement n’ont rien touché.

C’est la décision de filmer et d’enregistrer le concert Tower of Song, présenté le 6 novembre 2017 au Centre Bell, qui a « fait grimper de façon spectaculaire les coûts de production » de l’événement, a soutenu mercredi au Devoir Robert Kory. Ce dernier est l’administrateur du patrimoine de Leonard Cohen et l’ancien gérant du géant de la poésie et de la musique.

« Les ventes de billets [qui se détaillaient de 40 $ à 276 $] et les droits de licence payés par Radio-Canada/CBC n’ont pas couvert les coûts de production du concert et de sa captation », explique M. Kory, également gérant d’Adam Cohen — qui a organisé le concert hommage pour son père.

Très détaillée, la note explicative de Robert Kory envoyée en réponse à nos questions révèle les dessous de l’organisation d’un événement qui a vu grand. Si le succès artistique du concert a fait l’unanimité, son montage financier a pour sa part laissé un trou dans les finances de la Unified Heart Productions Foundation (UHPF), un organisme à but non lucratif créé spécialement pour produire ce spectacle.

Ce sont toutefois les héritiers de Leonard Cohen qui paient actuellement le prix du déficit : c’est en effet le Leonard Cohen Family Trust (administré par Robert Kory) qui a prêté l’argent manquant à la UHPF. Les revenus futurs que la fondation pourra tirer de la vente des droits de diffusion du concert dans différents marchés serviront à rembourser le prêt… et à verser d’hypothétiques profits aux Conseils des arts du Canada, du Québec et de Montréal.

Dans les entrevues accordées en prévision du concert, Adam Cohen affirmait qu’il était normal que les profits soient versés à ces trois organismes. « Ce sont les Conseils des arts qui ont aidé mon père à ses débuts », rappelait-il.

Horizon 2019

« Avec un peu de chance », dit Robert Kory, la vente des droits de diffusion des deux versions de ce qui a été filmé permettra de combler le déficit d’ici l’été 2019. « Après cela, le concert pourra générer des revenus qui seront versés aux Conseils des arts dans les années à venir », écrit l’avocat.

Les ventes de billets [qui se détaillaient de 40 $ à 276 $] et les droits de licence payés par Radio-Canada/CBC n’ont pas couvert les coûts de production du concert et de sa captation

 

Mais ce n’est pas acquis, ajoute-t-il. « Une première licence a été vendue à PBS récemment. Les diffusions débuteront cet été. C’est un processus très lent. Les négociations sont pratiquement terminées pour deux autres territoires, mais le processus de récupération des coûts du film sera néanmoins long. »

D’autant, ajoute-t-il, que Radio-Canada/CBC a demandé deux versions du film présentant le concert — une de 82 minutes, qui a été diffusée en janvier, et un « documentaire complet » qui sera prêt cet automne.

Radio-Canada a indiqué mercredi que c’est le producteur qui était responsable du budget et du financement de la captation radiophonique et télévisuelle.

Grosse logistique

Que s’est-il passé pour que les coûts de production du spectacle explosent au point où les quelque 15 000 billets vendus (selon Robert Kory) n’ont pas généré un sou de profit, bien au contraire ? Une question d’ambition — et de volonté de bien honorer la mémoire de Cohen, comprend-on.

Les artistes présents — Sting, Lana Del Rey, Damien Rice, Feist ou encore Courtney Love — n’ont pas touché de cachet. Mais la UHPF a assumé leurs frais de transport et de logement, de même que ceux de leurs gérants et accompagnateurs, dit M. Kory.

Et pour concrétiser la vision qu’Adam Cohen avait de cette célébration, il a fallu beaucoup de soutien : plus de 265 personnes ont été impliquées dans la production (musiciens, choristes, équipe de tournage, personnel de sécurité…), une vingtaine de caméras ont été utilisées, 153 entrées de micro ont été nécessaires, etc.

Deux journées de répétition furent aussi nécessaires, ajoute Robert Kory. « Il faut évidemment payer tous les techniciens de scène et de tournage selon les tarifs syndicaux. Il y a eu des bénéfices substantiels dans l’économie de Montréal… »

Les Conseils comprennent

Globalement, Robert Kory fait valoir que l’événement « n’a jamais été conçu comme un concert-bénéfice pour les Conseils des arts. La raison d’être du concert était de rendre hommage à Leonard Cohen, et c’était financé par le Leonard Cohen Family Trust. Si l’événement n’avait pas été enregistré, il y aurait eu des recettes immédiates pour les Conseils des arts. Mais je suis certain que les Conseils seraient d’accord pour dire que nous avons bien fait d’accepter la proposition de Radio-Canada/CBC de filmer l’événement pour le rendre accessible aux Canadiens et à des audiences internationales ».

Mercredi, le Conseil des arts de Montréal a indiqué comprendre « que les circonstances de production ne permettront pas aux organisateurs de verser des profits aux trois Conseils ».

Réaction similaire au Conseil des arts du Canada : « Nous sommes très reconnaissants de l’intention de nous remettre des fonds recueillis dans le cadre de ce spectacle afin que l’argent puisse être redistribué à d’autres artistes. Cela dit, nous comprenons que les circonstances font en sorte qu’il n’y ait toujours pas de fonds à remettre aux Conseils des arts à ce jour. »

C’est à l’ancien Beatle George Harrison et au sitariste Ravi Shankar que l’on doit le premier concert-bénéfice réunissant un aréopage de vedettes de la musique populaire (dont Bob Dylan et Eric Clapton). Il avait été organisé en 1971 en soutien aux réfugiés de la guerre qui sévissait au Bangladesh. Or, si le concert et l’album qui en fut tiré connurent un grand succès, les quelque 12 millions récoltés en profits restèrent pour l’essentiel bloqués aux États-Unis pendant plus de dix ans — cela alors que la situation humanitaire était passablement urgente au Bangladesh… Le problème ? Une bataille fiscale, essentiellement, liée au fait que les recettes de l’événement étaient gérées par une compagnie privée plutôt que par un organisme à but non lucratif.

2 commentaires
  • Marc Tremblay - Abonné 7 juin 2018 12 h 07

    Pas d'hommage

    Cohen était un sioniste. Il donnait de l'argent, fruit de ses disques et de ses spectacles, à l'armée israélienne qui opprime les Palestiniens.
    Pour cela, il ne mérite aucun hommage.

  • Gilles Bousquet - Abonné 7 juin 2018 12 h 34

    Filmer coute cher

    Il est écrit que le fait de filmer cet évènement a changé un profit en perte d'un million de dollars canadiens. C'est donc bien cher.