Plus de 2 millions pour la rénovation de l’Espace libre

L’institution est située dans une ancienne caserne de pompiers.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir L’institution est située dans une ancienne caserne de pompiers.

Le ministère de la Culture et des Communications du Québec et Patrimoine canadien investiront chacun 1 105 473 $ dans le projet de rénovation et d’agrandissement du théâtre Espace libre, situé rue Fullum, à Montréal.

Le théâtre lui-même devra pour sa part débourser 92 123 $, montant auquel contribuera la Ville de Montréal, pour conclure le projet.

Ces rénovations devraient être terminées à temps pour célébrer le 40e anniversaire du théâtre, en 2019.

L’Espace libre est situé dans une ancienne caserne de pompiers de Montréal. Les travaux augmenteront la superficie scénique du théâtre, amélioreront l’accès au bâtiment pour le public et pour les artistes, et porteront sur la maçonnerie de la façade et de la tour arrière. Des équipements de son et d’éclairage amélioreront également la qualité du théâtre.

Fondé en 1979, l’Espace libre partage ses locaux avec le Nouveau Théâtre expérimental. Au cours des prochains mois, il accueillera également en résidence la compagnie Joe Jack et John, qui s’est donné pour mission de pratiquer un théâtre inclusif, notamment en mettant en scène des personnes handicapées et des personnes issues de l’immigration.

Le directeur artistique de l’Espace libre, Geoffrey Gaquère, n’a pas manqué de rappeler, au moment de l’annonce du financement des gouvernements, les efforts faits par son théâtre pour rejoindre de nouveaux publics, notamment dans son propre quartier de Sainte-Marie. Le théâtre reprendra notamment en novembre la pièce Camilien Houde, le p’tit gars de Sainte-Marie, qui permet de redécouvrir un pan de l’histoire de Montréal.

M. Gaquère a également mentionné que les pièces prévues à la programmation aborderont des questions sociales contemporaines, de l’enfance aux places en CHSLD, du climat au consentement dans les relations sexuelles.

Le théâtre prévoit même de présenter une pièce sur le climat, en inuktitut et en anglais avec sous-titres en français.

Crise des médias

Interrogée en marge de cette annonce sur différents sujets d’actualité culturelle, la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a dit que son ministère était en discussion avec le ministère des Finances en ce qui a trait à une éventuelle reconnaissance des médias comme organismes de bienfaisance. Elle a également rappelé la nécessité de renouveler la Loi sur la radiodiffusion de façon à ce que tous les acteurs participent à l’épanouissement de la culture canadienne.


Une politique culturelle pour juin

La ministre de la Culture et des Communications du Québec, Marie Montpetit, a dit hier que la date de dévoilement de la nouvelle politique culturelle était fixée début juin.

Cette politique sera accompagnée d’un plan d’action devant se déployer sur une période de cinq ans. La ministre a précisé que cette politique sera pérenne, c’est-à-dire que son application n’est pas conditionnelle à l’élection du Parti libéral, aux élections du mois d’octobre prochain.