Les flâneurs

Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine.
Illustration: Le Devoir Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine.

François
Lévesque

On rêve à Québec

Dans le cadre de son événement L’une et l’autre : les femmes et le cinéma québécois, Antitube propose le samedi 21 avril La vie rêvée de la cinéaste Mireille Dansereau. On y suit l’amitié indéfectible qui naît entre Isabelle et Virginie, deux jeunes femmes qui, ensemble, se forgent une vision de l’homme dit « idéal », ou « rêvé ». Illusoire fantasme ? Sorti en 1972, il s’agit, pour mémoire, du tout premier long métrage de fiction réalisé par une femme au Québec. À l’auditorium Roland-Arpin du Musée de la civilisation, en présence de Mireille Dansereau.


Odile
Tremblay

Réécouter La Bolduc

Après la projection du film de François Bouvier, j’ai mis la main dans un magasin de disques usagés sur des CD de La Bolduc, publiés en intégrale chez Analekta en 1993. Debbie Lynch-White a une plus belle voix que l’interprète originale, mais son récent CD consacré à la compositrice du Bouton sur la langue ne comporte que 10 chansons. L’étendue du répertoire de La Bolduc se savoure dans ces 78 tours numérisés (disponibles en ligne). Avec des pièces comme L’R-100, La pitoune, Le sauvage du Nord, mais aussi les airs traditionnels affublés de nouvelles paroles. C’est un merveilleux voyage dans le temps.


Caroline
Montpetit

Surréalistes femmes

Elles ont lâché les brides de leur imagination, chacune à leur manière, sans besoin d’un mouvement ni même d’une école pour se référer. Les femmes surréalistes ont créé une œuvre en marge du mouvement du même nom. À la Bibliothèque des lettres et sciences humaines de l’Université de Montréal, on peut voir leurs écrits, devenus depuis livres rares, illustrés par d’autres artistes ou par elles-mêmes. Les étudiantes du séminaire Écrits des femmes ont enrobé cette petite exposition d’extraits de livres, de photos, de biographies et même d’un petit film qui permet de plonger dans le contexte de cette écriture débridée.


Stéphane
Baillargeon

Fous de cuisine

Les connaisseurs s’ennuyaient moins de l’émission Les chefs ! (Radio-Canada, le lundi) que des récapitulatifs commentés du site Vas-tu finir ton assiette ? (vastufinir.ca). Caroline Décoste et Mathieu Charlebois cosignent les mordants et jouissifs résumés. Le concept : « Ils passent ça à la télé. Nous, on rit d’eux autres. » Même pas besoin de suivre « ça » pour apprécier (mais ça aide). Et quand Les chefs ! n’occupe pas les ondes, les alliés goûtent à des affaires pas mangeables (comme des Pop-Tarts à la liqueur), celles que « tu r’gardes dans les allées d’épicerie en te disant : mais quissé qui achète ça, jériboire ? » C’est eux, le quissé qui.