«Hochelaga, terre des âmes» et «Le problème d’infiltration» récoltent 10 nominations chacun

Le film «Hochelaga, terre des âmes», réalisé par François Girard, domine la liste des aspirants lauréats avec 10 mises en nomination.
Photo: Films Séville Le film «Hochelaga, terre des âmes», réalisé par François Girard, domine la liste des aspirants lauréats avec 10 mises en nomination.

Les cinéastes François Girard et Robert Morin ont de quoi se pavaner : leurs films respectifs, Hochelaga, terre des âmes et Le problème d’infiltration, dominent la liste des aspirants lauréats aux prix Iris du Gala Québec Cinéma avec 10 mises en nomination chacun.

Les affamés de Robin Aubert les talonne avec neuf mises en nomination, dont dans la catégorie du meilleur film, au côté du Problème d’infiltration. Ces deux oeuvres sont également en lice pour la meilleure réalisation.

Quatre autres films s’illustrent avec huit nominations, soit Boost de Darren Curtis, Chien de garde de Sophie Dupuis, La petite fille qui aimait trop les allumettes de Simon Lavoie et Les rois mongols de Luc Picard.

Un gala en deux temps

Le couronnement des gagnants se fera en deux temps, soit lors d’un premier gala récompensant les artisans du cinéma québécois animé par Léane Labrèche-Dor et Pier-Luc Funk, diffusé le 29 mai à l’antenne d’Artv, où 14 statuettes seront remises.

Le gala qui couronnera les 13 autres gagnants aura lieu le dimanche 3 juin sur les ondes de Radio-Canada sous la gouverne de Guylaine Tremblay et d'Édith Cochrane.

Les jurys appelés à décerner les prix ont fait le tri parmi 37 longs métrages de fiction, 34 longs métrages documentaires, 39 courts métrages d’animation et 27 courts métrages de fiction pour finalement aboutir à une imposante liste de 193 finalistes.

Les aspirants au titre très convoité de meilleur film, outre Le problème d’infiltration et Les affamés, sont Boost, Chien de garde, La petite fille qui aimait trop les allumettes, Les rois mongols et Tuktuq.

Les réalisateurs Robin Aubert (Les affamés), Darren Curtis (Boost), Sophie Dupuis (Chien de garde), Robert Morin (Le problème d’infiltration) et Luc Picard (Les rois mongols) se disputeront la statuette de meilleur réalisateur.

Du côté des comédiens

Le prix de la meilleure interprétation féminine dans un rôle principal sera disputé par Charlotte Aubin (Mathilde dans Isla Blanca), Mélissa Désormeaux-Poulin (Estelle Legrand dans Le trip à trois), Denise Filiatrault (Mme Lapierre dans C’est le coeur qui meurt en dernier), Maude Guérin (Joe dans Chien de garde) et Élise Guilbault (Monique Langevin dans Pour vivre ici).

Chez les hommes, la lutte se fera entre Christian Bégin (Louis dans Le problème d’infiltration), Jesse Camacho (Chris dans We’re Still Together), Patrick Huard (David Bouchard dans Bon Cop Bad Cop 2), Joey Klein (Bobby dans We’re Still Together) et Jean-Simon Leduc (JP dans Chien de garde).

Comme annoncé, le gala sera aussi l’occasion de saluer la riche contribution du réalisateur André Forcier, qui recevra l’Iris Hommage 2018 pour plus de 50 ans d’une production bien encastrée dans l’imaginaire québécois avec des films tels que L’eau chaude, l’eau frette, Kalamazoo, Une histoire inventée, Embrasse-moi comme tu m’aimes, pour ne nommer que ceux-là.


Les finalistes 2018

Meilleur film
Les affamés

Boost

Chien de garde

La petite fille qui aimait trop les allumettes

Le problème d’infiltration

Les rois mongols

Tuktuq

Meilleure réalisation
Robin Aubert (Les affamés)

Darren Curtis (Boost)

Sophie Dupuis (Chien de garde)

Robert Morin (Le problème d’infiltration)

Luc Picard (Les rois mongols)

Meilleur scénario
Nicole Bélanger (Les rois mongols)

Darren Curtis (Boost)

Sophie Dupuis (Chien de garde)

Robert Morin (Le problème d’infiltration)

Gabriel Sabourin (C’est le coeur qui meurt en dernier)

Meilleure interprétation féminine — premier rôle
Charlotte Aubin (Mathilde dans Isla Blanca)

Mélissa Désormeaux-Poulin (Estelle Legrand dans Le trip à trois)

Denise Filiatrault (Mme Lapierre, dans C’est le coeur qui meurt en dernier)

Maude Guérin (Joe dans Chien de garde)

Élise Guilbault (Monique Langevin dans Pour vivre ici)

Meilleure interprétation masculine — premier rôle
Christian Bégin (Louis dans Le problème d’infiltration)

Jesse Camacho (Chris dans We’re Still Together)

Patrick Huard (David Bouchard dans Bon Cop Bad Cop 2)

Joey Klein (Bobby dans We’re Still Together)

Jean-Simon Leduc (JP dans Chien de garde)

Meilleure interprétation féminine — rôle de soutien
Isabelle Blais (Myriam dans Tadoussac)

Sandra Dumaresq (Brigitte dans Le problème d’infiltration)

Micheline Lanctôt (Pauline dans Les affamés)

Brigitte Poupart (Céline dans Les affamés)

Karine Vanasse (Isabelle dans Et au pire, on se mariera)

Meilleure interprétation masculine — rôle de soutien
Jahmil French (Anthony « A-Mac » MacDonald dans Boost)

Robert Morin (Le sous-ministre dans Tuktuq)

Emmanuel Schwartz (Étienne Maltais dans Hochelaga, terre des âmes)

Guy Thauvette (Le patient dans Le problème d’infiltration)

Anthony Therrien (Francis dans Charlotte a du fun)

Révélation de l’année
Romane Denis (Mégane dans Charlotte a du fun)

Marine Johnson (La jeune fille dans La petite fille qui aimait trop les allumettes)

Théodore Pellerin (Vincent dans Chien de garde)

Rose-Marie Perreault (Mag dans Les faux tatouages)

Nabil Rajo (Hakeem Nour dans Boost)

Meilleur film documentaire

Destierros (Hubert Caron-Guay)

Manic (Kalina Bertin)

La part du diable (Luc Bourdon)

La résurrection d’Hassan (Carlo Guillermo Proto)

Sur la lune de nickel (Francois Jacob)

Meilleur court métrage de fiction
The Catch (Holly Brace-Lavoie)

Born in the Maelstrom (Meryam Joobeur)

Crème de menthe (Jean-Marc E. Roy, Philippe David Gagne)

Lost Paradise Lost (Yan Giroux)

Pre-Drink (Marc-Antoine Lemire)

Meilleur court métrage d’animation

Avec ou sans soleil (Jean-Guillaume Bastien)

La maison du hérisson (Eva Cvijanovi)

Bonobostudio (Vanja Andrijevi)

Me, Baby the Alligator (Jean Faucher)

La pûreté de l’enfance (Zviane)

Toutes les poupées ne pleurent pas (Frederick Tremblay)

Prix du public
Ballerina

Bon Cop Bad Cop 2

De père en flic 2

Junior majeur

Le trip a trois

Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec

Les affamés

All You Can Eat Bouddha

Ballerina

Hochelaga, terre des âmes

X Quinientos

Meilleure direction artistique
André-Line Beauparlant (Le problème d’infiltration)

Guillaume Couture (Les rois mongols)

Jean-Marc Renaud (Nous sommes les autres)

Marjorie Rhéaume (La petite fille qui aimait trop les allumettes)

Francois Séguin (Hochelaga, terre des âmes)

Meilleure direction de la photographie
Steve Asselin (Pieds nus dans l’aube)

Nicolas Bolduc (Hochelaga, terre des âmes)

Nicolas Canniccioni (La petite fille qui aimait trop les allumettes)

Francois Dutil (Les rois mongols)

Michel La Veaux (Iqaluit)

Meilleure musique originale
Bertrand Chenier (Le problème d’infiltration)

Pierre-Philippe « Pilou » Côté (Les affamés)

Patrice Dubuc, Gaëtan Gravel, Vincent Banville, Gregory Beaudin Kerr, Jonathan Quirion, Jean-Francois Ruel, Pierre Savu-Massé, Charles-André Vincelette (Dead Obies) (Chien de garde)

Gyan Riley, Terry Riley (Hochelaga, terre des âmes)

Michael Silver (Boost)