Les flâneurs

Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine.
Illustration: Le Devoir Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine.

Odile
Tremblay

Gilles Carle retrouvé

Le plus important corpus des oeuvres picturales de Gilles Carle réuni à ce jour est présenté au public jusqu’au 13 avril dans les vastes locaux de l’Arsenal de la rue William à Griffintown. Quatre cents dessins et acryliques remplis d’humour du cinéaste de La vraie nature de Bernadette sont exposés sur le thème «Partage et héritage». La marraine de l’événement est bien sûr Chloé Sainte-Marie, muse et ange de l’artiste. Le 12 avril à 19 h, l’inoubliable Vie heureuse de Léopold Z (1965) de Carle, restauré par Éléphant, sera projeté en prime.


Caroline
Montpetit

Une féroce candeur

Habitué des dilemmes moraux impossibles à résoudre, le romancier russe Dostoïevski revient sur la scène du TNM, plus d’un siècle après sa mort, avec un Idiot décapé, modernisé, québécisé même, par le texte d’Étienne Lepage. Bonté, jalousie, cupidité, humiliation, les sentiments s’y succèdent sans fard, comme des blessures millénaires. Auréolé de sa blondeur, Renaud Lacelle-Bourdon, en prince Mychkine, plane sur l’assemblée de personnages convoqués sur scène avec une candeur inaltérée et nécessaire. Est-ce un saint, est-ce un idiot ? La mise en scène légère de Catherine Vidal souligne, subtilement, l’humour, l’ironie, la férocité et l’ambition de ce grand classique.


Philippe
Papineau

Le juste mot

À vos services de télé sur demande ! Présenté récemment à Showtime et à The Movie Network, le documentaire Word Is Bond s’attarde aux paroles dans le monde du rap. Le réalisateur Sacha Jenkins connaît bien son sujet, lui qui a beaucoup écrit comme journaliste sur la scène hip-hop. Au fil de nombreuses entrevues avec des artistes, le film propose un regard à la fois historique et actuel sur le rapport des rappeurs aux mots et à leur puissance, sur leur importance dans cette forme d’art. À l’écran, la crème du hip-hop apparaît, du vétéran Rakim au bouillant Anderson .Paak.


Louise-Maude Rioux Soucy

Extralucide Fanny Britt

Il y a dans les mots-tempêtes de Fanny Britt une force foudroyante, des images féroces et des idées lapidaires. Pourtant, il y a aussi de la mesure dans ses écrits aux calculs érudits capables de réunir tous les pôles. Leméac publie ces jours-ci sa sombre et fort belle pièce Hurlevents montée en février au théâtre Denise-Pelletier. Hanté par l’esprit tourmenté et romantique du roman d’Emily Brontë, le désarroi amoureux s’y incarne dans un présent post-#MoiAussi avec une finesse et une intelligence confondantes. Rarement aura-t-on plongé dans une radiographie aussi juste de cette époque. À mettre entre toutes les mains sans hésitation.