Québec allonge des millions pour l’OSM et BAnQ

Bibliothèque et Archives nationales du Québec a appris mardi qu’elle touchera 2,8 millions pour «poursuivre sa mission», sans plus de précisions.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Bibliothèque et Archives nationales du Québec a appris mardi qu’elle touchera 2,8 millions pour «poursuivre sa mission», sans plus de précisions.

Est-ce un avant-goût de ce que le prochain budget provincial réservera à la culture ? Le gouvernement Couillard bonifie de plus de 15 % l’aide qu’il versera annuellement à l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) pour les cinq prochaines années… cela sans raison particulière.

Une décision similaire touche Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), qui a appris mardi qu’elle touchera 2,8 millions pour « poursuivre sa mission », sans plus de précisions.

La ministre de la Culture, Marie Montpetit, a dévoilé avant un concert de l’OSM, jeudi, que ce dernier touchera 7,5 millions sur cinq ans, une somme particulièrement généreuse selon les standards culturels.

L’OSM, qui tire 36 % de ses revenus des subventions (contre 27 % pour les Violons du Roy et l’Orchestre métropolitain), pourra répartir les nouveaux millions « non pas également sur cinq ans, mais plutôt graduellement » — au gré des besoins —, indiquait lundi Pascale Ouimet, porte-parole de l’Orchestre.

Cette subvention de Québec s’ajoute aux 8,8 millions que le gouvernement québécois verse déjà à l’OSM en différentes subventions. C’est donc dire que, pour les cinq prochaines années, Québec bonifie son aide annuelle moyenne de 17 %. Outre Québec (79 % des revenus de subventions), l’OSM touche aussi de l’argent du fédéral (16 %) et de la Ville de Montréal (5 %).

Poursuivre la mission

D’où vient cet argent ? Au cabinet de Mme Montpetit, on faisait valoir mardi que la « bonne performance de l’économie du Québec » accorde au gouvernement des « revenus additionnels qui permettent de dégager certaines marges de manoeuvre ». On précise que « le budget qui sera déposé mardi et le dépôt prochain de la politique culturelle seront l’occasion de dévoiler d’autres actions afin de soutenir » le milieu culturel. « D’autres annonces sont à venir », soutient l’attaché de presse de la ministre.

Dans le communiqué annonçant la subvention la semaine dernière, la ministre faisait valoir que « l’aide financière permettra à l’OSM de poursuivre la production, la diffusion et la valorisation de la musique symphonique ».

Le président du conseil d’administration de l’OSM, Lucien Bouchard, indiquait pour sa part que « ce soutien financier aidera l’OSM à maintenir sa place parmi les grands ensembles de musique classique en Amérique de Nord ». M. Bouchard précisait que l’argent permettra à l’OSM de « rendre la musique classique encore plus accessible, notamment grâce à ses initiatives communautaires et à ses programmes éducatifs ».

En 2016-2017, l’OSM a donné 157 concerts et récitals qui ont rejoint un total de 385 000 spectateurs (dont près de la moitié lors de concerts et d’événements gratuits). L’Orchestre cherche actuellement un remplaçant à son directeur musical, Kent Nagano, qui quittera ses fonctions en 2020.

Mis en ligne lundi, le rapport annuel 2016-2017 de l’OSM fait état de revenus totaux de 31,2 millions. Sur une base annuelle, la nouvelle aide de Québec représente un ajout de près de 5 % au budget de l’OSM. L’Orchestre dit ne pas avoir de dette, mais un actif net déficitaire de près d’un demi-million.

5 commentaires
  • Gilles Racette - Inscrit 21 mars 2018 05 h 57

    C'est absolument incroyable

    Il y a de ça juste quelques années,notre bon gouvernement du Liberal Party nous avait dit que notre société était complètement fauchée et qu'il fallait désormais se mettre au régime et se serrer la ceinture,et on ne nous à pas ménagés, mais là, alors que nous sommes à moins d'un an des élections, nous sommes déjà en surplus! n'est ce pas absolument incroyable comment tout ça à porté fruit! on donne de l'argent a tout le monde, même à ceux qui n'en demandent pas, si ça continue, on va même permettre à nos vieux de prendre deux douches par semaine, je n'en reviens tout simplement pas.....

  • Michel Dion - Abonné 21 mars 2018 13 h 49

    Un scandale

    Je n'ai rien à redire sur les 2,8 millions consacrés à la BAnQ dont le mandat est aussi immense que nécessaire. Par contre, la subvention de 7,5 millions offerte à l'OSM est proprement scandaleuse. Cette institution musicale, un temps prestigieuse, a déjà reçu énormément: notamment une salle de concert, laquelle nuit à la démocratisation de la musique puisqu'étant trop petite, les tarifs de ses sièges sont carrément inabordables. En outre, l'acoustique de cette salle est loin d'être le chef-d'oeuvre que certains prétendent.
    Quant à lui, l'Orchestre Métropolitain, bien qu'ayant à sa tête l'un des directeurs musicaux les plus fulgurants de la planète et bien qu'offrant des prestations absolument remarquables, doit se contenter de subventions nettement insuffisantes compte tenu de sa contribution à la démocratisation de la musique. Faisons par ailleurs le petit exercice qui suit. Comparons, les cachets versés par concert à Louis-Philippe Marsolais (OM) et à l'Américain John Zirbel (OSM); ou encore, à Stéphane Beaulac (OM) et à l'Américain Paul Merkelo (OSM); ou enfin, à Lise Beauchamp (OM) et à l'Américain Theodore Baskin (OSM).

  • Steven Laplante - Inscrit 21 mars 2018 18 h 57

    pendules pas à l'heureoue

    M. Dion,

    Oui, l'OM devrait recevoir plus, et c'est à eux de faire leur revendications. Mais avouons-le: avant l'arrivée et surtout la montée fulgurante de YNS, en parlions-nous autant? Il y a beaucoup de coq-à-l'âne séparato/nationaliste dans votre discours: alors, les musiciens québécois et canadiens de l'OSM - beaucoup de solistes d'ailleurs - ils gagnent trop aussi? Et en terminant, la Maison Symphonique ne vous plaît pas: alors devrait-on retourner à la salle Wilfrid-Pelletier?

  • Michel Dion - Abonné 22 mars 2018 11 h 38

    Comme vous dites, à «pas à l’heureoue»

    M.Laplante,
    M. Laplante,
    Les progrès constants et l’esprit de corps démontrés par les musiciens de l'OM étaient déjà évidents bien avant que Nézet-Séguin ait accepté la direction musicale du Philadelphia Orchestra et celle du Metropolitan Opera. Vous êtes-vous déjà demandé quel était le mandat premier d'un orchestre symphonique dans la cité? J’en doute. Je crains même que ce sujet ne vous ait jamais intéressé. Vous présumez que la direction de l’OM ne fait pas de revendications? Allez donc lire l’entretien avec Yannick Nézet-Séguin qu’a publié Christophe Huss dans Le Devoir du 9 décembre 2017, cela remettra vos pendules à l’heure.

    Nous payons pour la formation de nos jeunes musiciens, nous payons pour l’évolution culturelle de notre société et non pour satisfaire la quête d’un prestige fané d’une certaine institution. Quant à votre accusation de «séparato/nationaliste», il sent l’inculture libérale à plein nez.

    • Steven Laplante - Inscrit 22 mars 2018 22 h 19

      1) Faute de frappe, "heureoue," désolé que le modérateur du Devoir ne l'ait corrigé.

      2) Le mandat de "démocratisation" de la musique, c'est depuis Wilfrid Pelletier que l'OSM en fait sa mission. Les matinées jeunesse, les Jeux d'enfants, la Virée classique, etc, en sont le prolongement. Et c'est aussi ok que l'OM s'occupe des cégeps et autres, non?

      3) Ce n'est pas en se "plaignant" à un journaliste (M. Huss en décembre) qu'un chef d'orchestre québécois MILLIONNAIRE va aider la cause de son orchestre montréalais à temps partiel.

      4) Laissons de côté votre/notre débat PQ/PLQ: ça signifie quand même qqch que vous n'ayez pas de commentaire au sujet du cachet des musiciens québécois ou canadiens à l'OSM... et des impôts qu'ils payent pour financer, entre autres, les études des futurs musiciens de l'OSM... et de l'OM aussi!