Les flâneurs

Illustration: Le Devoir

François
Lévesque

Les corps célestes

Vous vous trouvez dans les environs de la ville de Saguenay ? Allez faire un tour du côté du centre Bang, une galerie sise rue Racine. L’artiste de Québec Claudie Gagnon y propose jusqu’à dimanche une exposition intitulée La chambre des demi-jours. Laquelle consiste en sept installations évoquant d’immenses lustres décatis, pièces constituées de diverses matières recyclées dont les textures créent de jeux de lumière envoûtants. Sortes de corps célestes déliquescents, ces oeuvres sont accompagnées d’une vidéo réunissant des extraits de performances de l’artiste.


Odile
Tremblay

Cri de guerre au Quat'Sous'

Il y a quelque chose de jouissif au spectacle de ces 11 adolescentes, toutes non professionnelles, aux talents divers mais à l’énergie communicative qui jouent à hauteur de leur âge au théâtre de Quat’Sous. Cette production du PÀP adaptée par Geneviève Pettersen d’après son roman La déesse des mouches à feu, mise en scène par Alix Dufresne et Patrice Dubois, est un cri de guerre. Celui de toutes jeunes filles qui jouent à brûler leur vie, jurent, se chamaillent, s’aiment, se droguent, se désespèrent du monde et l’étreignent parfois. Elles sont impossibles et délicieuses, nous séduisent, nous emportent. La mort rôde et la vie éclate partout.


Caroline
Montpetit

Claude : le visage derrière les lettres

Il a semé ses lettres un peu partout dans les rues de Montréal, mais son visage est méconnu. Dans Claude n’est pas mort, le cinéaste Bruno Boulianne nous présente Claude Dolbec, l’un des derniers représentants de l’art du lettrage, sur une musique originale admirable de Brad Barr. Artiste fou de liberté, vivant au jour le jour, armé de ses pinceaux et de sa peinture, Dolbec signe à main levée de magnifiques enseignes de commerces montréalais, traduisant la personnalité des entreprises qu’il sert. Aujourd’hui dans la soixantaine, toujours bohème, l’homme a survécu à l’horrible épreuve du meurtre de sa fille chérie.


Louise-Maude Rioux-Soucy

Prodigieuse Micheline Bernard

Tour à tour « caustique, rageuse, déchirée », la Miss Brodie de Micheline Bernard dans Des promesses, des promesses nous avait soufflés. L’actrice reprend à partir de lundi le puissant monologue qui lui a valu le Prix de la critique de l’Association québécoise des critiques de théâtre en 2017. Dans la peau d’une enseignante, elle y offre 90 minutes d’une interprétation pleine de fougue et de nuances. La pièce elle-même, forte en idées et en images, est douloureuse de contemporanéité, mêlant adroitement éducation, culture et accommodement raisonnable. À voir jusqu’au 6 avril à la Petite Licorne. Ou en tournée en 2019.