Télé-Québec accorde le monopole de la science à «Génial!»

Image tirée de l'émission «Électrons libres»
Photo: Télé-Québec Image tirée de l'émission «Électrons libres»

Un regroupement de spécialistes des sciences accuse Télé-Québec d’appauvrir le paysage scientifique en mettant fin à l’émission Électrons libres. Le diffuseur a choisi de donner davantage de temps d’antenne au jeu-questionnaire Génial !.

Dans une lettre ouverte publiée jeudi sur les plateformes numériques du Devoir, des organismes et associations oeuvrant pour la promotion de la science et du savoir s’inquiètent de voir disparaître cet automne ce rendez-vous hebdomadaire de 30 minutes.

L’émission qui avait succédé au Code Chastenay en 2016 explorait la science faite au Québec. Accompagné de Rabii Rammal et de Marianne Desautels-Marissal, l’animateur Pierre Chastenay allait à la rencontre de chercheurs qui faisaient état de la recherche et des percées scientifiques dans la province.

« [Les chercheurs] perdent aujourd’hui une tribune de grande qualité, qui leur permettait de faire connaître au public leurs travaux de recherche, très peu couverts par les grands médias », explique Stéphanie Thibault, présidente de l’Association des communicateurs scientifiques.

L’instigatrice de la lettre intitulée « Télé-Québec tourne le dos aux magazines scientifiques » estime que le télédiffuseur manque à son mandat d’offrir une programmation « éducative et culturelle […] pour développer le goût du savoir [et] favoriser l’acquisition de connaissances ».

Un choix « assumé »

Le retrait d’Électrons libres ne réduira pas le nombre d’heures consacrées à la science, plaide Télé-Québec. La case horaire occupée par l’émission d’information scientifique sera offerte à Encore plus Génial !. Cette nouvelle mouture du populaire jeu-questionnaire Génial !, animé par Stéphane Bellavance, s’ajoute à l’édition diffusée du lundi au jeudi, mais visera davantage les adolescents.

« On ne va pas commencer à comparer les deux émissions, mais Génial ! est dans les plus performantes pour Télé-Québec et elle a un énorme succès autant chez les jeunes que chez le public adulte », souligne Denis Dubois, directeur général de la programmation de Télé-Québec. Puisque 40 % de sa grille s’adresse à la jeunesse, le télédiffuseur a préféré se concentrer sur l’éveil scientifique chez les jeunes à l’heure où ils font des choix de carrière, « un choix assumé », dit M. Dubois.

Il souligne d’ailleurs que depuis qu’elle a été transformée en quotidienne l’an dernier, l’émission Génial ! attire en moyenne 234 000 téléspectateurs.

Électrons libres, qui avait été reléguée à la case horaire du vendredi à 18 h 30, attirait quelque 50 000 téléspectateurs.

« Ce n’est pas une décision liée à la performance de l’émission », assure M. Dubois, qui ne ferme pas la porte au retour d’un magazine scientifique.

« On peut nous reprocher bien des choses, mais on ne peut pas dire qu’on va réduire la science à l’écran », dit-il.

M. Dubois souligne qu’en 2016-2017, le nombre d’heures consacrées à du contenu scientifique a doublé, passant de 5 h 30 à 10 h. « On va maintenir au moins 10 heures de contenu scientifique », assure-t-il.

Il dit être sensible à la déception exprimée par les signataires de la lettre. « On est en discussion avec les trois fonds de recherche pour voir comment poursuivre la collaboration avec les chercheurs et les intégrer à l’émission Génial ! », dit-il.

L’animateur Pierre Chastenay ne cache pas sa déception de quitter la barre d’Électrons libres. « Ce que je déplore, indépendamment du fait que ce soit moi qui anime cette émission, c’est la disparition de la science à Télé-Québec. C’est certain que Génial! en fait une partie, et ils le font très bien, mais la mission que remplissait Élections libres était assez unique parce qu’elle mettait en avant des scientifiques qui font avancer le Québec », rappelle-t-il.