Le Conseil supérieur de la langue française sollicite les sculpteurs québécois

L’artiste gagnant se verra confier la réalisation de cinq reproductions de sa sculpture, au moyen d’une bourse de 25 000$.
Photo: iStock L’artiste gagnant se verra confier la réalisation de cinq reproductions de sa sculpture, au moyen d’une bourse de 25 000$.

Québec — Le Prix du 3-Juillet-1608, décerné chaque année par le Conseil supérieur de la langue française (CSLF), fait peau neuve.

Comme à chaque cycle quinquennal, l’oeuvre d’art qui accompagne cette récompense sera remplacée cette année par une nouvelle sculpture.

Photo: Site du Conseil supérieur de la langue française «La barque francophone» de Paul Duval

Cette fois, c’est La Barque francophone du sculpteur Paul Duval qui cède sa place à une nouvelle réalisation québécoise.

Le Conseil supérieur de la langue française a ouvert un appel à propositions jusqu’au 20 avril.

Le jury retiendra cinq des croquis s’étant distingués par leur « esthétisme et pertinence », puis les candidats se verront allouer un budget moyennant 1000 $ pour donner corps à l’oeuvre proposée.

L’artiste gagnant se verra confier la réalisation de cinq reproductions de sa sculpture, au moyen d’une bourse de 25 000 $.

Le président du CSLF, Pierre Boutet, explique que le premier exemplaire sera remis dès l’automne à une organisation ayant rendu des services exceptionnels à une collectivité de langue française en Amérique du Nord.

Parmi les anciens lauréats du Prix du 3-Juillet-1608 — qui souligne la fondation de la ville de Québec par Samuel de Champlain — figurent le Festival international de la chanson de Granby et le journal Le Droit.