1941-2018: décès de l'éditeur Jean-Claude Lattès

Jean-Claude Lattès, au Festival du livre de Nice, en 1977
Photo: Agence France-Presse / Stringer Jean-Claude Lattès, au Festival du livre de Nice, en 1977

Le célèbre éditeur français Jean-Claude Lattès est décédé samedi à l’âge de 76 ans à Paris, a annoncé dimanche le président de l’Académie Goncourt, Bernard Pivot.

Né à Nice le 3 septembre 1941, Jean-Claude Lattès a commencé sa carrière dans le domaine en 1965 en travaillant pour les éditions Robert Laffont. Selon Le Monde, ce dernier a toujours été considéré par Lattès comme son « maître ».

Mais trois ans plus tard, lorsque Robert Laffont refuse de lancer une collection de livres sur l’actualité, Jean-Claude Lattès part pour fonder avec Jacques Lanzmann Les Éditions spéciales, rapporte le quotidien français.

Puis, en 1972, l’éditeur crée avec son épouse, Nicole Lattès, sa propre maison d’édition nommée JC Lattès. Le couple publie de nombreux romans et essais, dont les succès Un sac de billes de Joseph Joffo en 1973 ou Louisiane de Maurice Denuzière en 1977. Ses oeuvres remportent plusieurs distinctions, dont le prix Nobel de littérature, remis à Naguib Mahfouz en 1988.

La maison d’édition a également consacré des collections à la musique, à la culture juive et à la culture arabe en plus de publier des ouvrages politiques et historiques.

Au début des années 1980, Jean-Claude Lattès revend sa maison d’édition à Hachette. « Il ne s’occupait plus depuis longtemps de la maison d’édition qu’il avait revendue », a rappelé Bernard Pivot, qui était son ami.

En effet, en 1991, l’éditeur quitte l’entreprise pour s’installer dans un vignoble de Provence, où il écrit deux romans historiques, Le seul amant (2000) et Marguerite et les enragés (2005).

Son dernier ouvrage, Le dernier roi des Juifs, remonte à 2012. Il s’agit de la biographie d’Agrippa.

Un « passeur »

Jean-Claude Lattès avait « un don probablement lié à ses débuts dans le journalisme pour repérer des talents éclectiques », a souligné Bernard Pivot.

Selon Le Monde, l’éditeur et écrivain définissait sa vie comme celle d’un « passeur ». D’abord passeur d’informations, lorsqu’il a été journaliste culturel au début de sa carrière, après ses études à l’École supérieure de commerce de Paris. Puis, passeur de livres par son métier d’éditeur.

La maison d’édition qui porte son nom est toujours populaire au sein du groupe Hachette. Elle a notamment publié ces dernières années des succès internationaux comme Da Vinci Code et Cinquante nuances de Grey.