Leonard Cohen du haut de sa tour montréalaise

Cette œuvre immense du légendaire poète s’inscrit dans une série de murales de Mu portant sur les bâtisseurs culturels montréalais.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Cette œuvre immense du légendaire poète s’inscrit dans une série de murales de Mu portant sur les bâtisseurs culturels montréalais.

Leonard Cohen a déjà dit qu’une fois mort, il regarderait sa muse du haut de la « tour de la Chanson » (Tower of Song). Son image, quant à elle, scrute désormais Montréal du haut de la murale de 10 000 pieds carrés qu’un duo d’artistes, El Mac et Gene Pendon, accompagné de 13 autres, parrainés par l’organisme Mu, a peinte à sa mémoire.

Le tableau est inspiré d’une photo de Cohen prise par sa fille Lorca en 2008. Coiffé de son chapeau, Cohen y porte la main à son coeur.

Peinte sur un mur de 21 étages, au 1420 de la rue Crescent, elle est immense. On la voit très distinctement du haut de l’observatoire du mont Royal comme de la verrière du Musée des beaux-arts. En arrière-plan, on voit les deux coeurs entrelacés, dessinés par Cohen et qui ornaient son recueil Book of Mercy. C’est l’organisme Mu qui a parrainé les travaux. « Il fallait un site exceptionnel pour réaliser une murale qui soit à la hauteur de l’artiste. Il fallait aussi que la murale soit respectueuse de l’homme : sobre et élégante. L’humanité qui se dégage de la murale est à l’image de la mission de Mu : la quête de sens à travers une démarche artistique forte, de qualité, qui touche le coeur des gens », a dit Elizabeth-Ann Doyle, directrice générale et artistique de Mu. La famille Cohen, la Ville de Montréal, l’arrondissement, l’Université Concordia et plusieurs mécènes ont permis la réalisation de ce projet.

Les artistes travaillent depuis dix semaines à ce projet, qui a été inauguré mardi. Ils ont peint jour et nuit, pour un total de quelque 2000 heures.

La murale s’inscrit dans une série de murales de Mu portant sur les bâtisseurs culturels montréalais, où figurent entre autres Janine Sutto, Michel Tremblay, Alys Robi, Oscar Peterson, Dany Laferrière. Ces murales sont réalisées dans le cadre de projets de médiation culturelle, qui impliquent des jeunes à risque dans des écoles des communautés visées. Ces jeunes poursuivent un projet en art sur le thème de la murale.

Le projet de faire une murale rendant hommage à Leonard Cohen a pour sa part été amorcé il y a plusieurs années, bien avant le décès de l’artiste en 2016. Le projet avait cependant été stoppé en 2014. Déjà, en juin dernier, une murale avait été consacrée à Cohen dans le cadre du festival Mural.

C’est par ailleurs la 100e murale parrainée par l’organisme Mu depuis sa création il y a dix ans.

4 commentaires
  • Maxime Catellier - Inscrit 8 novembre 2017 11 h 38

    En bas de la côte

    Loin de regarder sa muse «du haut» de la tour, Cohen lui dit plutôt qu'elle l'entendra «par une fenêtre». Et il spécifie même que lui et ses semblables ont été déménagés dans une tour «down the track»... littéralement, «en bas de la côte». Je dis ceci pour qu'il soit clair que dans cette chanson, Leonard Cohen est loin de dominer sa muse, mais que cette tour est plutôt la douce prison où il va «puncher» tous les jours, une centaine d'étages en-dessous du maître, Hank Williams...

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 8 novembre 2017 13 h 44

    Cette superbe murale

    se voit bien en sortant de la salle Bourgie, sise au 1339, rue Sherbrooke Ouest.

  • Bernard Dupuis - Abonné 8 novembre 2017 14 h 32

    La fierté est anglo-saxonne.

    Pourquoi ce besoin d’afficher une photo si gigantesque de Cohen? Pourquoi ce besoin d’afficher ostentatoirement la culture anglophone de Montréal?

    En fait, cela démontre que la culture francophone est de plus en plus invisible à Montréal. Cela démontre de plus que multiculturalisme et diversité veulent en réalité dire que la culture anglo-saxonne est celle qui va prendre toute la place d’ici quelques années.

    La prochaine cible sera l’affichage anglo-saxon du Métro de Montréal. Voilà où nous mènent le confort, l’humour et l’indifférence.

    Bernard Dupuis, 08/11/2017

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 8 novembre 2017 16 h 47

    M. Ruiz a pris une belle photo

    Bravo !