L’importante collection animale du musée Exploramer est menacée

Exploramer propose aux visiteurs de découvrir des aspects méconnus de la faune marine du Saint-Laurent.
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Exploramer propose aux visiteurs de découvrir des aspects méconnus de la faune marine du Saint-Laurent.

Le musée Exploramer est menacé. L’établissement est toujours en attente d’une aide financière cruciale du ministère de la Culture pour réaliser des travaux urgents, sans quoi il pourrait être forcé de sacrifier la collection d’espèces marines du Saint-Laurent la plus importante au Québec.

Le musée situé sur la rive sud du Saint-Laurent, à Sainte-Anne-des-Monts, est aux prises avec une situation qui est hors de son contrôle, mais qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour son fonctionnement.

La municipalité sera en effet obligée sous peu de chlorer son eau, et ce, afin de respecter les normes gouvernementales. Or, Exploramer utilise l’eau du réseau d’aqueduc (qui est ensuite salée) durant les mois d’hiver pour alimenter ses bassins et ses aquariums, qui ont besoin de 55 000 litres d’eau par mois. Une fois que l’eau de Sainte-Anne-des-Monts sera chlorée, ce ne sera plus possible. « Le chlore va tuer tous nos animaux en quelques heures », laisse tomber la directrice générale d’Exploramer, Sandra Gauthier.

Cette dernière veut évidemment éviter la destruction de leur collection, qui compte plus de 1000 spécimens de 60 espèces marines qu’on retrouve dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. « C’est la plus grande collection marine du Saint-Laurent au Québec. Et nous avons mis plus de 10 ans pour la construire. On ne veut pas simplement tuer nos animaux. »

Exploramer a donc élaboré un projet pour construire un système qui permettrait de puiser de l’eau directement dans le Saint-Laurent, comme cela se fait actuellement ponctuellement durant la période estivale.

Un tel système, s’il est construit, assurerait la poursuite des activités du seul musée du genre dans l’Est-du-Québec. Mais selon ce que précise Mme Gauthier, le temps presse. Sainte-Anne-des-Monts prévoit en effet de commencer la chloration de son eau cet hiver. Cela signifie que la nouvelle conduite doit être opérationnelle avant l’arrivée de l’eau chlorée. Et pour des raisons de sécurité, les travaux au quai situé tout près, mais aussi dans le milieu marin, devront être réalisés avant la fin du mois de novembre.

Projet urgent

Ces travaux de plus de 800 000 $ pourraient d’ailleurs débuter sous peu, puisque Exploramer a déjà reçu le financement nécessaire de plusieurs bailleurs de fonds. Mais il lui manque toujours la plus grosse partie du financement, soit près de 570 000 $, qui doit provenir du ministère de la Culture et des Communications.

Le hic, c’est que le ministère n’a toujours pas confirmé qu’il s’engagerait financièrement dans le projet. Une situation qui inquiète Sandra Gauthier, en raison de l’urgence des travaux à réaliser. « C’est la survie de l’institution elle-même qui est remise en cause », affirme-t-elle.

Au bureau de la ministre de la Culture et des Communications, Marie Montpetit, la directrice de cabinet, Louise Bédard, se veut rassurante. « Le dossier est en analyse au ministère. Nous comprenons la situation d’urgence, a-t-elle indiqué au Devoir. Nous serons en mesure de faire une annonce sous peu pour la partie qui nous concerne », a-t-elle ajouté, dans une brève réponse. Le ministère n’a précisé aucun échéancier.

Exploramer, fondé en 1995, est un musée qui comporte un volet éducatif sur les sciences de la mer, la biodiversité et l’océanographie. Selon des données publiées cette semaine par la direction de l’établissement, près de 27 000 personnes ont franchi les portes du musée cet été, « ce qui représente une augmentation de 12 % comparativement à l’été 2016 ». La saison estivale 2017 est ainsi devenue « la nouvelle saison record » pour Exploramer.

1 commentaire
  • Claude Coulombe - Abonné 26 octobre 2017 11 h 50

    Exploramer un incontournable...

    Nous passons toutes nos vacances estivales en Gaspésie, dans le Bas-St-Laurent, dans Charlevoix et sur la Côte-Nord avec des arrêts à Trois-Rivières et Québec.

    Exploramer est un arrêt obligé en Gaspésie comme «Le Grand Rassemblement» à Sainte-Flavie, «la Vieille Usine» de l’Anse-à-Beaufils, le rocher Percé et l’immense plage du Barachois de Malbaie. Nous y sommes arrêtés plusieurs fois avec nos enfants pour voir, apprendre et même toucher aux mollusques, crustacés et poissons fabuleux qui habitent le fleuve Saint-Laurent, notre identité culturelle. Sans oublier l'excursion en bateau pour lever les cages de bourgeaults et de crabes.

    Il faut sauvegarder ce joyau du tourisme durable!