L’Afrique du Sud envisage de réglementer les médias sociaux

«Les fausses informations dans les médias sociaux représentent un défi auquel l’Afrique du Sud est confrontée», a déclaré le ministre David Mahlobo.
Photo: Loic Venance Agence France-Presse «Les fausses informations dans les médias sociaux représentent un défi auquel l’Afrique du Sud est confrontée», a déclaré le ministre David Mahlobo.

Johannesburg — Le gouvernement sud-africain envisage de mettre en place un système de réglementation des médias sociaux en raison de la prolifération de fausses informations, y compris d’images modifiées par des moyens techniques, a annoncé le ministre de la Sécurité d’État.

« Les fausses informations dans les médias sociaux représentent un défi auquel l’Afrique du Sud est confrontée », a déclaré le ministre David Mahlobo.

« Nous envisageons de réglementer dans ce domaine, a déclaré le ministre en réponse à une question au cours d’une conférence de presse sur la sécurité. Même les meilleures démocraties qui sont respectées ont réglementé dans ce domaine. »

Critiques et craintes

Le ministre estime que ce type de mesures va susciter une vague de critiques et de craintes parmi les militants des droits de la personne. Le gouvernement va, selon lui, faire participer la société civile à ce processus.

« Réglementer est la manière de procéder. Nous allons discuter de la manière dont nous allons procéder à cette réglementation », a-t-il ajouté.

Un projet de loi sur le cybercrime et la cybersécurité, destiné à pénaliser les infractions sur Internet, est en cours de préparation depuis deux ans et doit prochainement être soumis au Parlement.

L’Afrique du Sud figure parmi les pays qui comptent les médias les plus libres sur le continent africain.