Trois oeuvres volées de Jean-Paul Riopelle ont été retrouvées

La perquisition a eu lieu lundi après que les autorités eurent obtenu de l’information de la part du public.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La perquisition a eu lieu lundi après que les autorités eurent obtenu de l’information de la part du public.

Trois oeuvres du peintre québécois Jean-Paul Riopelle, figure emblématique du mouvement de Refus global, ont été retrouvées dans une résidence privée montréalaise par la Sûreté du Québec (SQ) mercredi, 18 ans après avoir été dérobées.

La perquisition a eu lieu lundi après que les autorités eurent obtenu de l’information de la part du public.

Les oeuvres, des gouaches sur papier réalisées en 1955 et 1956, totalisent une valeur approximative de 150 000 $, a indiqué la SQ par voie de communiqué.

Le Service des enquêtes sur l’intégrité de l’économie de la SQ, responsable, conjointement avec le Service de police de la Ville de Montréal, de l’enquête sur la disparition des oeuvres, n’a procédé à aucune arrestation.

En entrevue à La Presse canadienne, le sergent Claude Denis, porte-parole de la SQ, n’a toutefois pas exclu que des individus puissent être arrêtés au sujet de ces oeuvres d’art disparues en 1999, répétant maintes fois que l’enquête se poursuit et que peu de détails peuvent, pour l’instant, être communiqués.

Le vol a été commis « dans un genre d’entrepôt » d’un aéroport contenant « des marchandises en provenance de l’extérieur du Canada », a indiqué M. Denis, sans toutefois vouloir spécifier à quel endroit précisément.

« Un caisson contenant trois tableaux de monsieur Jean-Paul Riopelle » avait été volé à cet emplacement en 1999, a-t-il simplement indiqué.

« Les membres du Service des enquêtes sur l’intégrité de l’économie détiennent, en matière d’enquête sur les fraudes, [une expertise] et prennent très au sérieux ce type de crime, a assuré M. Denis au sujet du vol de tableaux.