Roman Polanski ne serait pas extradé aux États-Unis s’il revenait en Pologne

Photo: Valery Hache Agence France-Presse

Varsovie — Le cinéaste Roman Polanski ne sera pas extradé aux États-Unis s’il revient en Pologne, le pays où il a passé sa jeunesse. La Cour suprême de Pologne a donc maintenu, mardi, la décision rendue à cet effet par un tribunal inférieur. Roman Polanski, qui est maintenant âgé de 83 ans, est réclamé par les autorités judiciaires des États-Unis où il fait face à des allégations de crime sexuel commis sur une personne âgée de 13 ans. L’affaire se serait passée il y a 40 ans. Le célèbre réalisateur avait plaidé coupable en 1977, à Los Angeles, à un chef d’accusation de rapport sexuel illégal. Dans le cadre d’un accord avec un juge, il avait passé 42 jours en prison avant de fuir le pays, craignant que le magistrat l’emprisonne à nouveau plus longtemps. En mai dernier, le ministre polonais de la Justice, Zbigniew Ziobro, avait demandé à la Cour suprême d’annuler le verdict rendu en octobre par un tribunal de Cracovie qui stipulait que la loi polonaise empêchait l’extradition de Roman Polanski. Le tribunal soutenait aussi que Roman Polanski n’aurait pas de procès juste aux États-Unis s’il était extradé. Le cinéaste est né à Paris et possède la double citoyenneté française et polonaise.