Les politiciens saluent Leonard Cohen

Le poète et chanteur Leonard Cohen, en 2012
Photo: Joel Saget Agence France-Presse Le poète et chanteur Leonard Cohen, en 2012

Leonard Cohen, l’un des compositeurs canadiens les plus estimés, s’est éteint à 82 ans après une carrière prolifique de 14 albums. 

Il aura suffi de quelques minutes après l'annonce du décès du poète et chanteur avant que les adieux ne fusent sur la toile. 

Les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard ont très vite réagi sur Twitter. « Le Canada et le monde pleurent son départ », a écrit Justin Trudeau, tandis que Philippe Couillard a offert ses « condoléances à sa famille et ses proches ». 

« Nous allons nous assurer de rendre hommage comme il se doit à un de nos plus grands Montréalais », a de son côté écrit le maire de Montréal, Denis Coderre, sur Twitter. Il a également demandé de mettre les drapeaux de l’Hôtel de Ville en berne.
   

Plusieurs autres personnalités politiques ont rendu hommage à l’artiste montréalais d’exception.

1 commentaire
  • Bernard Dupuis - Abonné 11 novembre 2016 12 h 12

    Un phénomène exceptionnel

    Malgré sa vie dans sa bulle religieuse anglophone, Leonard Cohen n’a jamais, à ma connaissance, tenu de propos racistes et québécophobes, comme ceux de Modecai Richler. Il ne semblait pas avoir honte de parler français à l’occasion. Je n’aurais pas d’objections à ce que le bon maire Coderre nomme une bibliothèque à son nom à Montréal.
    Bernard Dupuis 11/11/2016