23 millions pour agrandir la bibliothèque Maisonneuve

Le bâtiment patrimonial se trouve à l’intersection des rues Ontario et Pie-IX.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Le bâtiment patrimonial se trouve à l’intersection des rues Ontario et Pie-IX.

Située à l’angle de la rue Ontario Est et du boulevard Pie-IX, la bibliothèque Maisonneuve sera agrandie et rénovée au coût de 23 millions de dollars. Mais l’opération nécessitera l’ajout d’annexes de part et d’autre du bâtiment historique, ce qui inquiète Héritage Montréal.

Le maire Denis Coderre a confirmé mercredi que des rénovations majeures seront apportées au bâtiment. Ces travaux augmenteront de 2075 mètres carrés, soit de plus de 60 %, la superficie de la bibliothèque qui comptera alors une surface de plancher de 3315 mètres carrés. Un concours d’architecture sera lancé et le chantier s’échelonnera de l’automne 2018 à l’été 2020, a indiqué le maire.

Une collection bonifiée

Cet agrandissement permettra l’acquisition de 15 000 documents supplémentaires, ce qui portera à 85 000 le nombre de documents de la collection de la bibliothèque. Les nouveaux aménagements comporteront des espaces pour les jeunes et les adolescents, un salon de lecture, une salle d’animation pour les groupes scolaires, un Fab Lab et 83 postes Internet.

Le budget de 23,2 millions inclut aussi l’aménagement d’une place publique extérieure ainsi qu’un jardin en bacs sur le toit.

Pour parvenir à étendre ainsi la superficie de la bibliothèque, des annexes devront être construites de chaque côté de l’immeuble. Pour l’instant toutefois, la Ville ignore comment ces annexes seront greffées au bâtiment de grande valeur architecturale et historique. « C’est le concours d’architecture qui va le déterminer. On veut s’assurer que ça respecte le caractère historique du bâtiment », a expliqué le maire de l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard.

Vestige des ambitions des élus municipaux du début du siècle dernier, du maire Alexandre Michaud et du conseiller Oscar Dufresne en particulier, le bâtiment de la bibliothèque Maisonneuve avait été inauguré en 1912 pour accueillir l’hôtel de ville de Maisonneuve, une municipalité qui, criblée de dettes, sera annexée à la Ville de Montréal en 1918. L’immeuble abritera l’Institut du radium de 1927 à 1956 et depuis 1981, la bibliothèque Maisonneuve y loge.

« On est conscients que ça fait partie des quatre bâtiments les plus prestigieux de notre quartier, mais on n’a pas le choix, soutient Réal Ménard. Pendant longtemps, on a pensé qu’on pourrait agrandir par le sous-sol, mais pour des raisons de solidité, ce n’est pas possible. Donc, on est condamné à avoir des annexes, mais elles doivent se greffer de façon harmonieuse. »

Déménager la bibliothèque n’était pas l’option privilégiée par la Ville, a-t-il précisé.

Cet agrandissement ne rassure pas Dinu Bumbaru, d’Héritage Montréal, qui ignorait l’existence du projet lorsque Le Devoir l’a joint. « Le bâtiment est patrimonial. Il est important pour son architecture et son histoire civique d’ancien hôtel de ville et d’Institut du radium, explique-t-il. Un concours peut donner de bons résultats. Mais aussi du n’importe quoi. […] Des ajouts latéraux peuvent être désastreux. »

Le conseiller de Projet Montréal Éric Alan Caldwell salue le projet d’agrandissement, même s’il admet que les annexes risquent de couvrir une partie des murs latéraux de l’immeuble. « On fera confiance au génie des architectes dans le concours pour augmenter le volume sans en changer l’interface avec la voie publique. Il faut que les agrandissements mettent en valeur la bibliothèque actuelle », a-t-il soutenu.

André Cousineau, de l’Atelier d’histoire d’Hochelaga-Maisonneuve, qui a été consulté par la Ville au sujet de l’agrandissement, ne semblait pas inquiet par l’ajout des annexes compte tenu des exigences qui seront imposées aux architectes. Il souligne que divers éléments intérieurs, comme la mosaïque du plancher ou l’escalier, devront être préservés. « De ce qu’on a vu, ça nous satisfaisait », a-t-il dit.