CHOI FM en péril

Québec — Le renouvellement du permis de radiodiffusion de la controversée station CHOI FM de Québec est sérieusement mis en péril. Le président de Genex Communications, Patrice Demers, a été mis sur la sellette pendant plus de cinq heures hier par le CRTC à propos des déclarations offensantes faites sur ses ondes, qui risquent de provoquer la fermeture de sa station.

Lors des audiences publiques d'hier, le président du CRTC, Charles Dalfen, n'a pas été tendre à l'endroit de M. Demers, propriétaire de CHOI FM. «Est-ce qu'on peut avoir confiance en ce titulaire-là pour lui octroyer une autre licence ou il faut dire que c'est un gars qui ne comprend pas et qui n'est pas sur la même longueur d'onde que nous? C'est peut-être mieux de ne pas renouveler la licence, et le problème va disparaître. Quel choix nous présentez-vous?», a affirmé M. Dalfen. «Si vous avez une décision à prendre et que vous avez quelqu'un à punir, forcez-moi à vendre», a répondu M. Demers, qui demande au CRTC d'épargner «les employés qui ont bâti la station».

Les représentants du CRTC ont fait l'étalage hier de propos controversés exprimés sur les ondes de CHOI FM par les animateurs Jeff Fillion et André Arthur. M. Arthur a notamment traité de «fils de cannibales et d'écoeurants» les étudiants d'origine africaine qui fréquentent l'Université Laval tandis que M. Fillion a affirmé que les déficients intellectuels «ne méritent pas de vivre», sont «un hostie de paquet de trouble», et qu'il faudrait les gazer. Les avocats de Genex, Guy Bertrand et René Dion, ont plaidé que les propos étaient cités hors contexte.

La loi sur la radiodiffusion interdit aux stations de diffuser des propos offensants qui risquent d'exposer une personne au mépris ou à la haine.