Radio - Seul Astral peut relancer le réseau AM, selon les employés de CKAC

Les employés de CKAC et du réseau Radiomédia supplient Astral de mettre fin au processus de vente du réseau. Après deux échecs auprès d'éventuels acheteurs, les employés estiment donc qu'il faut arrêter les frais et qu'Astral est la seule entreprise qui peut vraiment relancer ce réseau AM.

Ce point de vue est développé dans une lettre ouverte publiée aujourd'hui en page A 9 du Devoir. Le Syndicat des employés de CKAC, appuyé par les employés des autres stations du réseau, y lance un «cri du coeur et un appel d'urgence» à Astral.

Les journalistes de CKAC ont rencontré hier matin les dirigeants d'Astral pour leur soumettre leur point de vue et, selon les journalistes, Astral déclare en privé qu'elle aimerait bien conserver CKAC. Mais la position officielle et publique d'Astral demeure inchangée: «Nous n'avons pas l'intention de revenir sur l'entente que nous avons faite avec le Bureau de la concurrence et nous avons bon espoir de trouver un acheteur le plus rapidement possible», a déclaré au Devoir Alain Bergeron, vice-président aux communications chez Astral.

On peut comprendre l'exaspération des employés de Radiomédia en se rappelant l'histoire de cette saga. En effet, il y a deux ans, lorsque Astral avait acheté une vingtaine de stations de radio du groupe Télémédia, les sept stations AM de Radiomédia étaient comprises dans le lot et Astral était prête à en prendre la charge. Le Syndicat des employés de CKAC avait applaudi à la transaction et le CRTC l'avait même approuvée.

Mais c'est le Bureau de la concurrence, un autre organisme fédéral, qui avait exprimé des craintes devant la concurrence publicitaire potentielle dont aurait bénéficié Astral, qui se retrouvait propriétaire de trois réseaux de radio, soit Rock Détente, Énergie et Radiomédia. Pour calmer les inquiétudes du Bureau de la concurrence, Astral avait conclu avec ce dernier une entente en vertu de laquelle elle s'engageait à revendre le réseau Radiomédia, conservant les deux autres.

Astral a d'abord conclu une vente avec TVA, vente qui a été refusée par le CRTC. Astral a conclu une deuxième vente avec le duo Sylvain Chamberland-Gaëtan Morin, vente tombée à l'eau la semaine dernière avec le retrait de Gaëtan Morin du projet.

Pour les employés de CKAC, il est donc temps de revenir à la situation initiale, où Astral conservait la propriété de Radiomédia. Mais pour ce faire, Astral devrait renégocier son entente avec le Bureau de la concurrence, ce qu'elle ne semble pas vouloir faire.