Jeunes regards sur un vieux quartier

Marie-Hélène Chaussé (à gauche) et Ariane Bourget font partie d’un groupe d’artistes émergents qui a créé un itinéraire qui permet de découvrir le quartier Hochelaga-Maisonneuve en parcourant la rue Sainte-Catherine, entre les rues Pie-IX et Moreau.
Photo: Photos David Affriat Le Devoir Marie-Hélène Chaussé (à gauche) et Ariane Bourget font partie d’un groupe d’artistes émergents qui a créé un itinéraire qui permet de découvrir le quartier Hochelaga-Maisonneuve en parcourant la rue Sainte-Catherine, entre les rues Pie-IX et Moreau.

Marie-Hélène Chaussé voit le quartier d’Hochelaga-Maisonneuve changer. Et elle a voulu, en quelque sorte, le fixer en photo avant que la forme sous laquelle on le connaît disparaisse. Avec Création Sauvage, un groupe d’artistes émergents qui travaillent en collectivité, elle a créé un itinéraire qui permet de découvrir le quartier, en parcourant la rue Sainte-Catherine, entre les rues Pie-IX et Moreau.

Baptisé La Catherine, l’itinéraire fait partie de la programmation de Zone HoMa, ce festival artistique qui célèbre le quartier Hochelaga-Maisonneuve en compagnie d’artistes émergents des milieux de la danse, de la musique, du théâtre et de la performance.

« La rue Sainte-Catherine en tant que telle est un spectacle, dit-elle. Mais il y a aussi de gros problèmes. On y trouve beaucoup d’organismes qui agissent auprès des travailleuses du sexe ou de gens qui ont des problèmes de toxicomanie. Les gens évitent de la fréquenter. Mais quand on s’y arrête, on peut y faire tellement de rencontres. Je pense que cette oeuvre va permettre aux gens de recréer une expérience positive autour de la rue Sainte-Catherine » dans Hochelaga-Maisonneuve.

 
Photo: David Afriat Le Devoir Marie-Hélène Chaussé (à gauche) et Ariane Bourget font partie d’un groupe d’artistes émergents qui a créé un itinéraire qui permet de découvrir le quartier Hochelaga-Maisonneuve en parcourant la rue Sainte-Catherine, entre les rues Pie-IX et Moreau.

En tout, 16 artistes ont participé au circuit, qui proposera des arrêts à différents sites significatifs du quartier, mais aussi des tableaux alliant installations, art visuel, vidéo et théâtre. Au départ, les visiteurs se feront remettre un carnet de voyage, sur lequel sont écrits des fragments, poésies éparses célébrant le quartier, ses gloires comme ses ratages.

« Hochelaga, ma guerrière. J’ai tes arbres roux plein les bras. J’te serre. J’t’étreins. J’en ai pas assez de toi. »

En pleine gentrification, le quartier Hochelaga se transforme. « Le seul fait de dire que ça va s’appeler HoMa, dit Marie-Hélène Chassé, ça vient affecter notre lien au quartier. »

Parmi les arrêts proposés aux visiteurs, il y a celui de la friche, près de la rue Bourbonnière, une espèce de bande verte qui longe la piste cyclable.

« Autrefois, il y avait là des maisons », raconte Marie-Hélène Chaussé. C’est tout un quartier, en effet, qui a été démoli pour le prolongement de l’autoroute Ville-Marie, qui n’est toujours pas achevé, plus de 40 ans plus tard. Cet épisode de la vie du quartier, avec le départ des usines, a laissé des cicatrices. « La rue Sainte-Catherine, à cet endroit, était une rue commerciale achalandée, à l’époque », relève Marie-Hélène Chaussé.

Aujourd’hui, le quartier s’embourgeoise, le prix des loyers augmente, et certains locataires doivent quitter les lieux. Le Chic Resto Pop, emblème de la présence d’organismes communautaires, a vu ses subventions baisser parce que le quartier abrite moins de gens dans le besoin qu’auparavant.

Mais la démarche de Création Sauvage n’est pas de condamner cette gentrification, ni même de s’y opposer. « C’est un regard sur l’impact du politique sur l’intime », dit-elle.

Le parcours proposé par Création Sauvage se veut aussi une réflexion sur l’appartenance de chacun d’entre nous à un bout de territoire. Et propose aussi de regarder ce territoire avant qu’il ne change à jamais.

« Nous sommes tous des artistes de la relève », dit Marie-Hélène Chaussé, qui est quant à elle fraîche émoulue de la formation en théâtre de l’UQAM. Les départs auront lieu les 22 et 23 juillet, et les 29 et 30 juillet à 18 heures, au 4200, rue Ontario. Les participants suivront ensuite le trajet indiqué sur la carte.

Le festival Zone HoMa se déploie quant à lui jusqu’au 27 août.