En bref - Fin de la grève des journalistes de Radio-France

Paris — Les journalistes de Radio-France, en grève depuis près de trois semaines, ont voté hier à Paris la fin du mouvement lancé pour réclamer des augmentations de salaire. Il s'agissait de la plus longue grève dans l'audiovisuel public depuis 25 ans en France.

En grève depuis le 27 janvier, les quelque 600 journalistes de Radio-France demandaient l'alignement de leur rémunération sur celle des leurs confrères de la télévision publique. Les journalistes ont été invités par l'intersyndicale à reprendre le travail compte tenu d'une promesse de la direction d'augmenter les salaires de 3 % en 2005. Une ultime séance de négociations avait permis de conclure avec la direction un accord sur une augmentation de salaire pour les prochaines années. L'intersyndicale s'est toutefois réservé la possibilité de déclencher une nouvelle grève si les termes de l'accord final étaient trop éloignés du projet initial d'accord. Selon ce projet, 1,5 million d'euros seront dégagés au titre du budget 2005 de Radio-France pour financer des augmentations de salaire, ce qui représente une hausse moyenne de 3 % du salaire pour l'ensemble des journalistes de Radio-France. Les journalistes recevront par ailleurs chacun une prime de 400 euros en mars 2004, que les délégués syndicaux ont baptisée «prime d'exploit» en raison de la durée de la grève. La direction a aussi accepté d'échelonner les retenues sur salaire pour cause de grève.