Musique - À la rescousse du funk

Qui a dit que l'électro-funk des années 80 était disparu à jamais? Grâce au tandem montréalais Chromeo, ce genre trop souvent méprisé redémarre avec conviction en 2004 sur le label Turbo, de Tiga. Après quelques simples prometteurs et des remix de la part des new-yorkais DFA ou même Trevor Jackson, Chromeo arrive cet hiver avec un premier album complet qui surprend à bien des égards. Patrick Gemayel (P-Thugg) décide d'aller droit au but.

À l'autre bout du fil, le musicien d'origine arabe remonte dans le temps, alors que lui et Dave 1 fréquentaient l'école secondaire. «À l'époque, nous étions impliqués dans un groupe de funk qui avait pour nom Rubbadoid. C'était vraiment formidable comme expérience. Bien que Dave se soit surtout intéressé au hip-hop par la suite, je suis toujours resté fidèle à des artistes comme Rick James, Cameo ou encore Roger Troutman. En 2001, à la demande de Tiga, nous avons donc repris là où Rubbadoid s'était arrêté, mais cette fois sous la forme d'un duo.»

À l'écoute de She's In Control, certains pourraient croire qu'il s'agit d'une blague rétro de la part de ces amis de longue date qui s'impliquent également au sein de l'étiquette hip-hop Audio Research. Pour P-Thugg, Chromeo demeure toutefois une aventure musicale des plus sérieuses. Comme il le confirme lui-même, «je ne m'intéresse pas beaucoup à ce qui se fait musicalement de nos jours. Je reviens constamment à mes vieux classiques [il cite Paul Simon, Bronski Beat et Midnight Star à titre d'exemples]. Je suis quelqu'un de très nostalgique, alors que Dave apporte des éléments beaucoup plus rock au son de Chromeo. On est bien conscients que l'album ne fera pas l'unanimité».

Avec des références directes au Rockit d'Herbie Hancock ainsi qu'une utilisation plutôt astucieuse du talkbox, les chansons d'amour de She's In Control s'imprègnent d'un romantisme qui n'a absolument rien de dérisoire. «Au début, on ne croyait pas qu'il y aurait des paroles. Ce n'est qu'à un certain moment que Dave est arrivé en studio avec un texte et qu'il a tenté l'expérience. Il parle essentiellement, tout au long de l'album, de la relation tumultueuse qu'il vit avec sa copine. Comme je le connais depuis très longtemps, je suis convaincu qu'il a réalisé quelque chose d'authentique.» De Needy Girl à Mercury Tears, il est vrai que la magie opère avec parfois quelques pointes d'ironie.

Par ailleurs, Gemayel insiste pour bien faire comprendre qu'il ne veut surtout pas que Chromeo devienne le dernier truc à la mode pour aussitôt être oublié. «Il y a déjà de très fortes réactions en Europe où l'album paraîtra au printemps. C'est certain que le remix de DFA a beaucoup aidé, mais on souhaite aussi défendre l'album en spectacle. On a déjà recruté trois autres musiciens pour former un groupe plus complet sur scène. Parfois, lors de l'enregistrement, on avait l'impression que les références seraient trop directes. Néanmoins, des gens comme James Murphy ou Trevor Jackson nous ont beaucoup encouragé à poursuivre dans la direction initiale du projet.»

Alors que des magazines comme Les Inrockuptibles et Spin vantent déjà les mérites du duo montréalais, P-Thugg réfléchit désormais à l'avenir. «Dès que Dave termine ses cours en avril, on se met au boulot pour la promotion en Europe, de même qu'aux États-Unis. Il y a aussi quelques nouvelles pièces en chantier pour le deuxième album. On tient également à jouer un peu partout au Canada.» Évidemment, rien ne semble pouvoir arrêter la fièvre Chromeo.

SHE'S IN CONTROL

Chromeo

(Turbo-FusionIII)